Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Des Amitiés pas si Françaises que cela !

17 Juillet 2011 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Un vent favorable m’a communiqué la lettre de Louis Nisse qui s’est apparemment fait jeter  de la salle du banquet organisé par les Amitiés Françaises de Liège. Je connais bien son président Alain Laroche pour l’avoir eu comme ami pendant près de vingt ans avant qu’in ne trahisse ce lien fort qui nous unissait.

Il s’agit d’un courtisan de tout ceux qui peuvent satisfaire son besoin de paraître, son égocentrisme, je dirais même son narcissisme. Rien d’étonnant à ce changement d’attitude. Il suffit que quelqu’un lui ai marqué sa désapprobation. Toujours consensuel avec le bourgmestre, le gouverneur, les politiciens locaux, il joue le jeu qui satisfera son avide besoin de reconnaissance. Je me rappelle que j’avais surpris une conversation entre lui et Paul-Henry Gendebien, président du RWF lors d’un cocktail du Consul général de France, le président me confia que Monsieur Laroche était rattachiste mais ne pouvait le montrer. Comme cet individu a de l'entregent pour convaincre le président d'un parti qu'il exècrequ'il lui est favorable.

Mais le pire reproche que je fais à ce Monsieur est d’avoir voulu effacer la présence  d’un écrivain liégeois, ancien professeur de Français à l’Athénée de Jonfosse, lui qui tous les ans au Village de Noël de Liège affirme son attachement à sa ville et à sa culture. Comediante !

Le 16 juillet 2011

À Paul-Émile Mottard, député provincial.

 Pour un 14 juillet digne de Liège et de ses fondateurs.

 Monsieur le Député,
Cher Paul-Émile,

Comme tu le sais, pour avoir contribué à ce que j’y figure et m’y avoir rencontré, à l’occasion du banquet de ce 14 juillet au Palais des Congrès, j’ai présenté un feuillet et une vidéo1 sur L’Homme qui arrêtait les trains, mon livre qui vient de paraître à Paris, chez L’Harmattan.

Grâce à ton intervention, j’avais obtenu du président des Amitiés françaises, M. Alain Laroche, organisateur des manifestations du 14 juillet à Liège, l’autorisation de faire cette promotion de mon livre. Assez logique, somme toute : mon travail tente de faire connaître Liège et la Wallonie  à un Français ignorant de ce que nous sommes, il célèbre l’amitié séculaire de Liège pour la France, il affirme avec Albert Camus : « Ma patrie, c’est la langue française », phrase que cette association met en exergue à son site sur la toile.                                                                                                                                           
Dans deux courriels, dont le dernier ci-joint, j’avais présenté mon livre à M. Laroche. Sans ambiguïté, j’avais pris soin de le prévenir : bien que ce ne soit pas un essai politique mais d’abord une œuvre littéraire, L’Homme qui arrêtait les trains abordait notamment le thème du réunionisme, comme il pouvait le constater sur la couverture et la quatrième de couverture qu’il avait reçues.                                                                                

Quelle ne fut donc pas ma surprise face à la colère de M. Laroche qui m’accusa publiquement de l’avoir trompé, de lui avoir menti. Qui retira tous les feuillets des tables du banquet, alors qu’il m’avait autorisé à les y placer. Comme je refusais d’évacuer le hall et d’interrompre la projection de ma vidéo, il m’envoya son avocate ( !) qui me menaça et m’exprima sa détestation envers les réunionistes. Devant mon refus de céder, ces gens firent appel à la police : je distribuais des tracts pour un parti politique .

Cher Paul-Émile, je ne te dérangerais pas pour évoquer cette médiocre et ridicule affaire si elle n’était révélatrice d’une attitude inquiétante, encouragée par certains, nuisible à la démocratie mais si bien en phase avec ce monde où le soleil de la passivité ne se couche jamais.                                                                                                           
Étymologiquement, une démocratie parlementaire est une démocratie où l’on parle, où l’on se parle. Dois-je te rappeler l’omerta la presse qui tut le remarquable colloque sur L’Après-Belgique, organisé par le Club Condorcet à l’université de Liège. Cette même presse généreuse en articles et reportages sur la misérable manifestation de potaches belgicains qui osaient débaptiser la place de la Wallonie de Namur en place de la Frite !

C’est en 1937 que Georges Truffaut et la Ville de Liège décidèrent de fêter le 14 juillet. Ainsi, entendaient-ils protester contre la nouvelle politique de neutralité de la Belgique vis-à-vis du Troisième Reich et la dénonciation de l’accord militaire franco-belge par un gouvernement dominé par les Flamands et le parti du Roi.                             
Aussi, je te demande instamment de faire en sorte que la Province de Liège redonne au 14 juillet tout son sens citoyen. De veiller à ce que Les Amitiés Françaises, association qui doit rester non partisane et pluraliste, renoue avec l’esprit des fondateurs de cette grande journée symbolique.

Amicalement.

 

Louis Nisse, l'auteur censuré pour trop grande sympathei avec le France
par les Amitiés françaiszs de Liège

LouisNisse.jpg

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ergo Philippe 18/07/2011 09:21


Mon cher René,
Je regrette d'autant plus de n'avoir pas eu la joie d'être à tes côtés ou te voir que ayant retrouvé le professeur Gazon, nous avons longuement discuté avec l'auteur et apprendre par toi ce qu'il
est arrivé me désole, comme quoi il y a encore beaucoup à faire pour la cohérence de notre message.


René G. Thirion 18/07/2011 09:53



Oui, Philippe, l'homme est ainsi fait que l'image qu'il donne, cache en réalité des choses pas toujours belles à constater. La lettre de Louis Nisse offre un intérêt. Le premier, c'est de
constater que nos idées avancent au point que le masque tombe et que que tout ezst fait pour tenter de nous faire taire. Tros exemples caractéristiques:


1° les médias télévisés. Alors que chaque année RTL et la RTBF donne une écho sur les 14 juilelt à Liège. Cette année, rien, nada sur le 14 juillet. A la RTBF, uen courte vision du feu d'artifice
avec pour commentaire qu'i est tiré commémoratyion e l'époque napoléonienne.


2° Le traditionnel cocktail du Cnsul général de France se termine toujours par la Marseillaise et le Valeureux Liégeois. Nouveauté cette année (D'où vient l'idée de laroche, du Consul ou de
l'Ambassade, la Brabançonne s'est implantée entre les deux. créant ainsi un 14 juillet franco-belgo-liégeois. Elle n'avait rein à y faire sauf à rappeler notre allégeance à l'état belge et à sa
monarchie.


3° L'éjection brutale d'un auteur liégeois des Agapes de Marianne parce que dans son oeuvre littéraire et non politique, il marque que quelques pages son attachement à l'identité française
de Liège, prouve la panique qui règne dans les milieux politiques. Comme je l'ai déclaré dans La Meuse, la presion du peuple en faveur du rattachement à la France monte et il faut essayer
par tous les moyens ,et notamment l'étouffoir, de juguler cette évolution.

Je me demande si désormais, comme dans monarchie néo-soviétique, l'on ne va pa répéter cet attentat moral déjà utilisé contre l'avocat Bouvier, il y a peu d'années. Nos oplitiens se montrent de
plus en plus corromps puisqu'ils refusent le débat, nient la démocratie et se comportent comme la cour de Louis XVI qui ne répercutaienbt pas la colère et la misère du petit peuple versd lui et
lui laissaient croire que la révolte seraint vite réprimée par quelques paroles et quelques promesses. L'on connait la suite.