Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Canicule

20 Octobre 2017 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

Le soleil me brûle le front

L’ombre est devenue trop rare

Et sous mes pieds l’asphalte fond

Formant une écume noire

 

Je suis au cœur de l’étuve

Chauffée par l’astre brûlant

Qui propage les effluves

Du goudron chaud se liquéfiant

 

Et ce chemin de campagne

Qui me conduit au bois lointain

S’est transformé en un bagne

Dont je veux m’évader en vain

 

Car chaque pas que j’accomplis

Ne semble pas me rapprocher

De ces ombrages endormis

Promettant un frais espéré

 

Chaque minute est éternité

Et mes mollets endoloris

N’en finissent pas de protester

En refusant l’effort subi

 

Les prés m’entourant sont déserts

Le bétail s’étant réfugié

Sous un accueillant bosquet vert

Loin là-bas en bordure du pré

 

L’air devient irrespirable

J’avance d’un pas machinal

Je suis soudain incapable

De penser et c’est infernal

 

Je regarde vers l’horizon

Je sens le découragement

Et un sentiment d’abandon

Me pénétrer complètement

 

Moi j’attendais un bel été

Plein de soleil et de fraîcheur

Et Apollon que j’ai prié

Aujourd’hui s’est montré moqueur

 

Georges Bleuhay – L’errance poétique – Edilivre Paris 2016

Photo gratuite Pixabay

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kat 27/06/2019 17:35

Superbe une belle scène de vie en nature qui nous donne l essoufflement que donne une canicule