Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

1940

3 Février 2017 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

Comme il est triste le tocsin
Qui sonne l’alarme au matin
Je suis envahi par la peur
Il doit annoncer un malheur

Je suis réveillé désormais
En ce vendredi du dix mai
Fin d’une longue semaine
De mes études incertaines

Car mon nouvel instituteur
N’aimait pas le perturbateur
Qu’en classe j’étais trop souvent
Un de ses pires garnements

J’étirai mes bras lentement
Et sortis du lit en bâillant
Les yeux embrumés de sommeil
Mais déjà l’esprit en éveil

Et toujours ce son lancinant
Funèbre et tellement puissant
Qu’il fait vibrer les fenêtres
Résonne dans tout mon être

L’angoisse se saisit de moi
À travers la vitre je vois
Dans le ciel de nombreux avions
Venir de l’est en formation

La porte s’ouvre brusquement
Mon fils c’est la guerre crie maman
J’ai le coeur qui désespère
Pensant de suite à mon père

Mobilisé depuis un an
Sans savoir le sort qui l’attend
Je crains de ne plus le revoir
Ma vie bascule dans le noir

Georges Bleuhay - L'errance poétique - Edilivre Paris 2015


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article