Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Un agenda tragique - LUNDI 31 JANVIER 2011

7 Février 2018 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Nouvelle

Triste réveil après une nuit agitée. Odette gémissait à mes côtés dans le lit et ma chienne malinoise Kitty se levait sans arrêt de sa couche pour venir mettre son museau sur mon oreiller comme pour me demander de soulager ma femme. Quelle difficulté pour descendre l’escalier qui mène à la salle à manger. Elle tient à peine sur ses jambes et titube sur chaque marche. Je la soutiens comme je peux et suis soulagé d’atteindre le rez-de-chaussée. Je la trouve de plus en plus confuse dans ses paroles. Pourtant elle est lucide, mais elle est terriblement fatiguée et les « patchs » de morphine l’affaiblissent vraisemblablement.

Le médecin vient de passer. Il la trouve trop faible et me fait commander un lit médicalisé à installer au rez-de-chaussée. Je téléphone à notre mutuelle qui possède un service de prêt de matériel qui me promet la livraison pour demain.

Quelle journée ! Elle pleure sans arrêt dans le fauteuil et moi à ses genoux, je pleure aussi. Ses beaux yeux, ceux que j’ai tellement aimés, contiennent tout le désespoir du monde.

J’ai posé le téléphone à côté d’elle pour qu’elle puisse parler à notre voisine d’en face, car elle ne veut plus voir personne, mais quand celle-ci l’appelle, je vois qu’elle n’a même plus envie de parler. Mais à la regarder, je me rends compte d’une vérité dont je ne m’étais pas aperçu même dans les pires moments subis jusque-là. C’est effrayant comme elle a maigri, comme elle a vieilli et quand l’infirmière lui fait sa toilette, j’ai devant moi une image qui m’avait horrifiée dans ma jeunesse, celle d’une femme, squelette vivant, sortant d’un camp d’extermination nazi à la libération.

Comment au cours de ces années n’ai-je pas vu ce qui a dû être une lente transformation et qui m’avait totalement échappé. Bien sûr, elle ne montrait plus sa nudité depuis longtemps et me faisait sortir lors des soins qu’on lui prodiguait. Mais ne pas voir la réalité à ce point ! Un vieil adage dit que l’amour rend aveugle et brusquement je me rends compte combien il est vrai. Ces dernières années, toute mon attention se portait sur tout ce qui l’entourait, la menaçait, lui faisait mal et elle, je la voyais comme je l’avais toujours vue. Oh, je me rendais compte qu’elle vieillissait, mais l’image qu’elle me renvoyait était toujours celle que j’aimais certes marquée par la douleur, mais cela me semblait logique et normal.

Ma journée a été misérable, malgré mes brèves sorties pour satisfaire les besoins de notre chienne, pour faire quelques courses au supermarché voisin et à la pharmacie, évitant de rencontrer des voisins. Je n’ai pas envie de parler. Je suis comme un vieil immeuble tenant encore debout, mais dont l’intérieur s’effondre peu à peu. Mais je dois tenir le coup pour elle. Ce n’est pas le moment de craquer. Il est l’heure de monter dormir, mais quelle nuit va-t-on encore passer !

 

 

Georges Bleuhay - écrit en attente de publication - Tous droits réservés

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article