Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Quand Elio se prend pour Jean de la Fontaine

25 Septembre 2010 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

"Je le dis souvent. La liberté que l’on laisse aux poules, et la liberté du renard, quand on les met ensemble la liberté de la poule est malheureusement beaucoup moindre que la liberté du renard. Et ce qu’il faut, c’est qu’on trouve justement la possibilité pour que poules et renards puissent vivre réellement librement."

 

Se prenant pour le célèbre fabuliste, Elio Di Rupo s’est exprimé en ces termes lors de sa conférence de presse qui présentait le livre à l’occasion des 125 ans d’existence du PS. Si le lion flamand possède en plus de la force (en nombre) la ruse d’un renard, ce ne sont plus les poules (mouillées) qu’il faut sauver, mais le coq (wallon).

 

Et comme un journaliste lui demandait si le renard en question était Bart De Wever et les poules les négociateurs francophones, effrayé de sa liberté de langage, il a répondu lâchement qu’il y avait des poules tant au nord qu’au sud du pays.

 

Quant au déroulement des négociations en cours, il a déclaré que "La distance est encore grande entre les points de vue, mais j’espère qu’on pourra cheminer pour entrer dans ce que j’appelle la marge du faisable. Cette marge, elle est très étroite, mais si tout le monde y met de la bonne volonté on finira par la trouver."

 

Pour continuer dans l’image d’un poulailler belge, il est évident que si les poules acceptent d’être croquées par le renard qui s’y est introduit, une paix définitive y règnera !

 

Alors Elio un bon mouvement, si l’on transférait les poules wallonnes dans le poulailler du voisin français, elles n’auraient plus aucun risque de se faire dévorer, puisque le prédateur flamand n’y sera jamais admis !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article