Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Paul Van Zeeland, inspirateur de Di Rupo ? Ou quand l'histoire bégaie !

18 Juillet 2010 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Mouvements d'humeur

Après les élections du 11 avril 1937, le gouvernement Van Zeeland prévoyait un projet de loi d’amnistie accordant la restitution des droits civiques aux anciens activistes flamands de 14/18.

Aussitôt, la question de l’amnistie se mua en question linguistique. Très vite, l’on parla des Wallons loyaux et de Flamands qui avait pactisé avec l’ennemi allemand.

En proposant cette loi, Paul Van Zeeland prétendait poursuivre un but d’apaisement dans le pays.

« Beaucoup de Flamands, affirme-t-il, ont cru voir dans la sévérité  marquée par certains éléments à l’égard des inciviques, une arrière-pensée, une pointe tournée contre eux, un souci de punir non seulement la trahison  envers la Belgique, mais aussi et surtout la manifestation tout de même des préoccupations flamandes. »

Malgré une forte opposition, cette loi d’amnistie est votée à la Chambre par une forte majorité et au Sénat par une majorité plus forte encore.

Cette concession faite aux nationalistes flamands ne changera rien à leur attitude avant même le 10 mai 1940, date d’entrée des armées nazies en Belgique.

Un exemple mais pas isolé

Auguste Borms, nationaliste flamand, collabora activement avec les Allemands en aidant à la flamandisation de ses compatriotes et en mettant en place le Conseil des Flandres. Condamné à mort par la justice belge pour haute trahison, sa peine fut commuée en détention à vie. Libéré dès 1921, il se présenta à une élection partielle à Antwerpen où il fut plébiscité par 80.000 voix de préférence. Une véritable reconnaissance populaire.

Lors de l’occupation de la Belgique en 1940, il participa à nouveau à une collaboration active et s’enfuit avec les troupes nazies à Berlin.

Décidément, l'histoire semble faire plus que bégayer, elle se répète. Di Rupo, serait-il un nouveau Van Zeeland ?


L'analyse de cette période prouve, s'il le fallait que ce geste de pardon n'a pas soudé la "population belge" et les deux peuples qui la composent.


Faut-il toujours que nos dirigeants politiques commettent toujours les mêmes erreurs? Que vient faire le président du PS dans cette pantalonnade? Déjà que le parti socialiste, anciennement républicain et libre-penseur, montre de nos jours une dévotion à la royauté et un intérêt "positif" envers la religion islamiste !

Détail amusant, c'est l'opposition libérale qui prit la tête de la rébellion contre cette loi.

En sera-t-il de même aujourd'hui, moment où Didier Reynders espère encore obtenir un maroquin malgré sa défaite électorale !

 Borms.JPG

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article