Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Melchior Wathelet pourfendeur de la France

14 Janvier 2012 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

« Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est con on est con » chantait avec conviction Georges Brassens et il avait bien raison.

Le petit par l’intelligence, mais grand par sa masse corporelle de paysan jovial, j’ai nommé, Melchior Wathelet en est la preuve évidente.

« La France a largement dépassé les 80 % de dette et en termes de croissance, a pris des chiffres encore plus optimistes que la Belgique

» a déclaré l’ex-secrétaire d’État adjoint à Guy Vanhengel, ministre flamand du Budget dans le gouvernement Van Rompuy .Melchior voit la paille dans l’œil du voisin français sans voir la poutre qui est dans le sien. Car en belgïe, ledéficit atteint pratiquement les 100% de dette.

Dans le classement mondial des nations les plus endettées en 2010, la belgïe se classe 10e avec97,0% du PIB alors que la France se trouve à la 17e place avec 77,00% du PIB. Je sais la situation s’en encore aggravée en 2011 mais il serait étonnant que la France ait rattrapé et dépassé la belgië durant cette année.

Classée 5e ou 6e économie mondiale selon les analyses ,la République avec une population de 66 millions contre 10,5 millions en belgïe, avec 35 ministres contre 60 en belgïe et avec un système social plus redistributif, cette nation à laquelle la principauté de Liège s’était ralliée par un plébiscite lors d’un lors d’une consultation au suffrage universel en 1792 est une toujours une grande puissance sans aucune comparaison avec la petite belgïe.

En 2012, ce Melchior n’est pas un roi mage capable de parler «galette». Rien dans la tête, rien dans le portefeuille du ministère du budget qu’il ne détient plus et auquel il a contribué , et de moins en moins, hélas, dans la poche du citoyen wallon !

Pauvre belgïe Pauvre Wallonie, quand l’on pense que ce godelureau, plus prétentieux qu’élégant, provient de Verviers, cette glorieuse ville dont le bourgmestre, général des volontaires franchimontois, Jean-Joseph de Fyon fut nommé colonel du 2e régiment d'infanterie le 26 avril 1790 suite à l'ultimatum adressé par l'empire autrichien !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article