Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Marcel Cheron, imbuvable écolo wallon

22 Août 2011 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

« Le terrain (de négociation), c'est la note du formateur (le président du PS Elio Di Rupo, ndlr). Attention! J'entends Olivier Maingain poser ses 'conditions' à la scission de BHV et parler de choses qui ne figurent pas dans la note... Aller rechercher des points imbuvables comme il l'a fait! »

Ce personnage qui semble imbu de sa personne et de son mandat de sénateur, pontifie sur l’attitude d’Olivier Maingain et oublie ses électeurs wallons qui vont passer sous la tondeuse économique et sociale qu’exigent les Flamands, tout comme Di Rupo, Milquet, Javaux son président et Michel l’insignifiant.

Il faut "ne pas changer de terrain en cours de match" ; ose-t-il affirmer. J’entends ce commentaire, le 18 juin 1940 qui aurait pu être opposé à l’appel de Charles De Gaulle.

Car la vérité est bien là. Ces partis qui n’étaient demandeurs de rien, estimant avoir déjà trop lâché lors des différents accords, demandent maintenant  la réforme de l’état à n’importe quel prix, c’est à dire celui fixé par les Flamands avec quelques petites ristournes symboliques pour faire passer la pilule amère chez les Wallons. Ce sont les partis de la défaite.

Et quand une voix solitaire s’élève pour rappeler les exigences minimum francophones sur les quelles ils étaient tous d’accord, ils tentent de lui imposer le silence. Ils ressemblent tous aux Bourgeois de Calais, sauf qu’il n’ aura aucune mansuétude de la part du vainqueur !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article