Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Les dés sont pipés et ce sont les Flamands qui les manipulent !

9 Septembre 2010 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Selon une étude réalisée par deux démographes, André Lambert et Louis Lohlé-Tart, les Flamands ne constituent que 5,3 % de la population de la région bruxelloise face à une majorité de Belges francophones (66.5%) et d’étrangers (28.1%) venus de l’Union européenne et d’ailleurs (La Libre: "5,3 % de Flamands à Bruxelles"). Les 55000 Flamands qui vivent à Bruxelles sont à peine plus nombreux que les 41000 Français et 40000 Marocains, les deux communautés étrangères les plus importantes. Si l’on ne compte que les Belges, les Flamands représentent 7.4% des électeurs contre 92.6% de Francophones.

 

Rappelons que ces 5% de Bruxellois flamands jouissent d’une représentation de 17 députés au Conseil de la Région de Bruxelles sur un total de 89 sièges. En 2008, il fallait donc à Bruxelles 7.261 votes francophones pour élire un député contre à peine 2.884 votes pour élire un député flamand, ce qui est une claire violation du suffrage universel. Les 5% de flamands bénéficient également de la parité intégrale au niveau du gouvernement régional: la moitié des ministres et secrétaires d'état doivent être flamands quel que soit le résultat des élections.

 

Et les Flamands nous bassinent avec leur majorité au parlement fédéral qui leur donne un pouvoir souverain. Sans la sonnette d'alarme, la scission de BHV aurait été votée par l'ensemble de la majorité flamande contre la minorité wallonne. Et ces bons apôtres nous rappellent les règles de fonctionnement de la démocratie. Un homme, une voix.

 

D'accord, mais dans ce cas, pourquoi la Région bruxelloise échappe-t-elle à cette règle ? Parce qu'un flamand vaut quatre Francophones ?

 

Les dés sont pipés et ce sont les Flamands qui les manipulent !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article