Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Je crains votre silence, et non pas vos insultes

6 Novembre 2010 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Je crains votre silence, et non pas vos insultes. Ces magnifiques paroles d’Andromaque de Jean Racine donnent toute la valeur des angoisses qui devraient effrayer mes concitoyens.

En effet, sur le front de la politique belge, un silence profond s’est établi sur le travail de modérateur/conciliateur. Le silence qui souvent précède la tempête.

Car tempête, il y aura quelque soit la solution trouvée. Ou il a y accord sur la formation d’un gouvernement - et dans ce cas, l’on sait que l’on peut oublier l’élargissement de Bruxelles et l’appauvrissent de la Région Wallonne par manque de solidarité nationale – ou il n’y a pas d’accord et nous nous enfonçons dans une crise institutionnelle qui ne peut conduire qu’au chaos.

Car, il ne faut pas se leurrer, ce n’est pas demain que les politiciens wallons comprendront que la seule issue est d’entamer des négociations avec la Flandre pour un partage équitable des biens de la défunte Belgique et dans le même temps de commencer à solliciter la France pour le rattachement et même l’Europe pour éviter un éclatement destructeur au sein de la capitale européenne.

Non, nous sommes dans le silence le plus complet. Dormez tranquilles, braves gens ! De la Notte (en italien de la nuit) se transforme en une médecine hypnotique capable d’endormir toute une nation. Mais le réveil sera d’autant plus pénible !

Car il ne faut pas se tromper. Des générations de politiciens ont conduit le pays à la catastrophe et la situation est devenue ingérable. La facture sociale qui nous attend dans les deux cas sera terrible et une grève aussi dure qu’en1960 pourrait bien se reproduire. Et cette fois, il n’y aura plus un Gaston Eyskens pour nous faire avaler la pilule amère !

Les injures sur les Wallons sont moins dures à supporter que le silence du complot.
Bart, remets–en nous une couche ! C’est beaucoup moins inquiétant !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article