Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Et si la frite de chez nous faisait partie de la gastronomie française ?

5 Mars 2011 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Sur RTL-TVI, lors du journal le 13h00 ; il y a eu une longue information sur l’introduction éventuelle d’un dossier pour le classement de la frite « belge » au Patrimoine international de l’Unesco.

 

Problème, il faudra l’accord des ministres des trois régions plus celui du ministre fédéral.

 

Ce qu’il y a de comique, c’est que si la demande est traduite en anglais, le traducteur risque d’écrire "French Fried", ce qui serait le comble pour les belgicains ou encore "chips". Mais peut-on appeler chips cette merveille qui inspire une révolution en Belgique en 2011 ?  Ne serait-ce qu’un élément de « hardware » à passer dans la graisse fondue et bouillante de la Frit’Kot de la RTBF (Comme Radio Télévision Belge de  la Frite ?)

 

Non, il s’agit d’un de nos trésors nationaux comme le Doudou de Mons, dont le classement au Patrimoine de l'Unesco a été obtenu par son altesse sérénissime Elio Di Rupo,  comme il a obtenu le titre de Capitale Européenne de la Culture 2015, en intimant l’ordre à son féal sujet Willy Demeyer, bourgmestre de Liège de ne pas introduire de dossier de candidature pour rester seul en lice. Une vieille pratique socialiste de s’arranger pour que le juré n’ait qu’un candidat, ce qui lui donne une victoire à 100%, une vote de parti totalitaire, quoi !

 

Mais revenons au sujet Cette demande d’inscription de la frite « belge » au patrimoine universel de l’Unesco donne la dimension de la différence culturelle entre la France et la Belgique.

 

La France a obtenu cette inscription pour la gastronomie, la Belgique, si elle l’obtient, ce sera pour la frite. Différence de grandeur entre un état, petit par ses productions, mais grand par ses ambitions, comme l’aurait dit Pan dans les années 70 à propos de la Belgique et la 5e puissance économique au monde, que le monde entier admire, pour sa culture, sa mode, sa gastronomie !

 

40 ans après, c’est l'affirmation que la Wallonie aurait, au niveau de ses producteurs locaux, tout intérêt à être Française plutôt que belge.

 

Cornetfrites.JPG

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article