Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Elle est belle l'unité des partis francophones. Ecolo rêve comme d'habitude !

24 Novembre 2009 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Dans un entretien accordé à La Libre Belgique, Marcel Cheron, sénateur écolo, a déclaré que la scission de BHV se fera "si la scission se fait dans le cadre de compensations acceptables. La question est de savoir comment on peut garder des droits électoraux, administratifs et judiciaires pour des gens qui ont le bonheur ou le malheur de vivre en Région flamande".

Écolo prêt à compenser la scission compensée,  titre le journaliste.

Et de dire que « dans le dossier BHV, la seule chose qui compte, c’est d’avoir une solution négociée. Même une solution provisoire devra être négociée. Toute proposition qui hérisserait le monde politique flamand ne passera pas le cap. On peut essayer cela. Mais je n’en vois pas la nécessité. »  Il faut pourtant rappeler que Cheron (à ne pas confondre avec le Professeur Choron) fait partie d’un parti dit wallon, et qu’admettre que seule une solution convenant aux Flamands, devrait être trouvée, prend bien peu les intérêts des francophones en charge.


À la question « Philippe Moureaux et Jean-Claude Marcourt (PS) ont dit que BHV serait un jour scindé. Pensez-vous la même chose , le brave écolo de répondre tout de go “Si la scission se fait dans le cadre de compensations acceptables, alors oui, je crois qu’il y aura scission. La question est de savoir comment on garde des droits électoraux, administratifs et judiciaires pour des gens qui ont le bonheur ou le malheur de vivre en Région flamande.”

Dans le fond, écolo, semble privilégier une solution nouvelle (c’est une ironie – NDLR), créer des citoyens à facilités pour les élections, pour l’administration et pour la justice.

Les communes à facilités de la périphérie de Bruxelles et les Fourons, nous ont pourtant démontré la duplicité des politiques flamands et la remise en question régulière de ce qu’ils avaient accepté.

Le sort de Bruxelles doit être réglé par les Bruxellois, mais comment pourrait-on accepter que cette région, qui en tant que capitale de l’état, a bénéficié de l’activité de tout le pays tombe dans les mains de la région flamande, après une asphyxie économique, sociale et culturelle ?


Alors une scission de BHV, acceptée par les politiques wallons qui n’en sont plus à une compromission près ? Non, non et non. S’il faut discuter d’une partition définitive des régions, cela ne pourra se faire que lorsqu’elles auront une indépendance réelle et le choix d’opter pour l’avenir qu’elle désire.

Pour la Wallonie, en tout cas, mon choix est fait. Ce sera le retour à la République comme région de France à part entière, avec les mêmes droits et devoirs que les autres.

Enfin, un peu de grandeur pour un peuple asservi par une crainte savamment entretenue d’être lâché par une solidarité nationale qui n’existe déjà plus !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article