Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Elio Di Rupo flatte les nationalistes flamands dans le sens du poil

17 Juillet 2010 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Mouvements d'humeur

Selon le quotidien Le Soir,  Monsieur Van Meerbeek aurait reçu une lettre d’Elio Di Rupo concernant l’amnistie pour les collaborateurs du régime nazi que le Flamands essaient d’obtenir depuis des lustres.

Il faut dire que Philippe Van Meerbeek  déclarait dans La Libre Belgique le 10 juin 2010, juste avant les élections que, s’il était premier ministre, il créerait l’amnistie avant la scission de BHV. "Amnistie pour qu’enfin il y ait pardon. Condition sine qua non pour qu’il y ait réconciliation entre les Belges. Avec un effet rétroactif, non pour les mille ou deux mille survivants aujourd’hui nonagénaires, mais y compris pour tous ceux qui sont défunts depuis vingt ou trente ans, "inciviques", frappés d’opprobre. Ces gens n’avaient plus aucun droit, c’était dramatique. De fil en aiguille, jusqu’à leurs arrière-petits-enfants aujourd’hui, il y a peut-être 20 % de la population flamande qui est concernée par cela."

La preuve réelle de cet attachement bien réel réside dans l’opération « Bréviaire » montée par la VMO qui a rapatrié clandestinement en 1972 au cimetière d’Ardooie le corps de Cyriel Verschaeve, curé flamand nationaliste qui déjà manifestait sa sympathie pour le troisième Reich en 1940 dans son livre “l’Heure de la Flandre”. “

Dans cette lettre, le président du PS lui aurait demandé " si l'on ne pouvait pas inventer un autre terme qu'amnistie, trop proche du pardon". Et Monsieur Van Meerbeek d’ajouter que M. Di Rupo "n'exclut pas de créer une commission parlementaire constituée d'experts pour travailler sur la question".

Il semblerait qu’il ne s’agisse pas d’une « intox ». En effet du côté du PS, on se borne à souligner que la priorité, à l'heure actuelle, est de former un gouvernement dans les meilleurs délais et de régler les problèmes institutionnels. "Comme toutes les questions à caractère éthique, celle de l'amnistie peut faire l'objet d'une discussion approfondie, dans un cadre serein, ultérieurement", conclut-on. Cela ne constitue nullement un démenti à l’affirmation de Monsieur Van Meerbeek.

Quand je disais qu’Elio était prêt au grand écart pour obtenir la gloire « éphémère » de la responsabilité du 1er ministre, cette attitude le prouve. L’opération aurait au moins un intérêt pour le PS… pouvoir enfin réinscrire le nom d’Henri De Man, président du Parti Ouvrier Belge et successeur d’Emile Vandervelde dans son histoire collective.

Mais que vont penser les fils, petits-fils wallons qui ont perdu un ou plusieurs de leurs proches au combat,  dans les camps de concentration ou d’extermination nazis ?  Mais si cela peut rendre la sérénité aux Flamands et permettre à Di Rupo 1er de gérer la belgique dans un "amour universel", quelle importance !

Enfin, cela va permettre au défunt FN et à ses ex-parlementaires d’affirmer que ce qui a été admissible à une époque peut le redevenir aujourd’hui !

 

Une info récente sur ce dossier de l’amnistie existe sur le site de « RésistanceS »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article