Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

De Wever et Peeters même combat - Alles voor Vlaanderen !

17 Octobre 2010 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Hier, dans une interview accordée au quotidien Le Soir,  Kris Peeters, ministre-président flamand a assuré que la Flandre ne lâcherait jamais Bruxelles en cas de scission du pays.. Il a notamment déclaré "Je ne vais jamais lâcher Bruxelles. Jamais. Bruxelles est la capitale de la Flandre. Et la valeur ajoutée de Bruxelles pour la Flandre est considérable … Bruxelles est ma capitale et va le rester"

 

Il a réfuté l’argument d’une population majoritairement francophone. "C'est quoi la 'majorité francophone'" s’est-il interrogé, notant ai passage que Bruxelles est "une ville très riche, composée de très nombreuses nationalités".

 

M. Peeters, qui est un CD&V a confirmé les déclarations faites par Éric Van Rompuy, faite sur le plateau de pascal Vrébos en soulignant qu'il n'était pas favorable à la scission de la Belgique.

 

« Quand le ministre-président flamand dit qu'il ne le souhaite pas, c'est quand même un signal qui n'est pas insignifiant? La Flandre veut surtout une réforme d'État profonde » a-t-il déclaré.

 

Si l’on prend l’attitude mesurée de la N-VA sur la même affirmation, l’on se rend bien compte que les déclarations incendiaires des politiciens francophones sur la volonté d’indépendance de la Flandre sont erronées et que la véritable orientation politique actuelle de la Flandre est de transformer la frontière linguistique en frontière d’état  par la scission de BHV, un véritable « diamant » dans la négociation engagée d’après le professeur Christian Behrendt dans la conférence qui s’est tenue à l’Université de Houte-Si-Plou sure le thème « Requiem pour la Belgique ».

 

En effet, a-t-il précisé BHV constitue en fait une quatrième communauté virtuelle certes, mais dernier pont entre les communautés flamande et la française.

 

Une fois cette frontière établie, Bruxelles sera entièrement encerclée dans la Région flamande et n’aura comme possibilité d’extension de son hinterland économique que la Flandre.

                    

Aujourd’hui hélas, l’économie prime sur la culture, la langue et même le social !  Bruxelles va-t-elle tomber ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article