Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Comment peut-on se réjouir de la misère wallonne

9 Septembre 2009 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Mouvements d'humeur

Je ne puis résister à publier dans son intégralité le délire d'andré Schreurs à propos de mon message précédent.

Bien sur j'y mettrai en italiques mes remarques, mais je pense que lorsque l'on attend avec impatience le drame social qui attend la Wallonie pour satisfaire sa haine atavique de la Belgique, il m’a semblé utile de répondre à ce pauvre tribun, qui ne rend  pas compte qu’il dégoûte et dégoutera les Wallons des rattachistes, de tous les rattachistes

A le lire, c’est Néron, jouant du Luth pendant l’incendie de Rome.  Il écrit sur son blogue :

La S.A. Belgique en faillite

Le ministre fédéral du Budget l'a annoncé urbi et orbi : faute d'économies drastiques, la Belgique va tomber en faillite. Elle l'est déjà virtuellement. Si l'Etat belge était une société privée, il le serait réellement. L'Etat fédéral ne pouvant supporter seul l'effort budgétaire indispensable, les Etats fédérés que sont les régions et communautés doivent participer à cet effort à concurrence de 35%, a déclaré le ministre. On connaît la fière réponse du gouvernement flamand, aiguillonné par M. Geert Bourgeois, ministre N-VA du budget : plus un euro pour le fédéral !

 

Au lieu de se réjouir, comme les nationalistes flamands, et comme nous, de la faillite de la "S.A Belgique", annonçant la fin programmée de cet Etat artificiel, un bloggeur rattachiste liégeois, M. René Thirion, semble tout effrayé : par suite de la "déconfiture de l'Etat belge", que les Flamands ne veulent plus renflouer financièrement, "les régions bruxelloise et wallonne vont être asphyxiées" et il voit déjà "les francophones à genoux implorant quelque moyen de subsistance contre une réforme de l'Etat qui consacrerait une Belgique flamande".

 

Comme si cela ne faisait pas des lustres que, depuis 1970 et par une régionalisation avantageuse à la Flandre que les politiciens, vendent pour quelques deniers, des avantages qui augmentent sans cesse la puissance flamande

 

M. Thirion a raison d'espérer que cette fois, les Wallons renonceront à "prier, supplier, vendre leur liberté". Mais où est la "Belgique flamande" qu'il redoute ? Il ne comprend donc pas que ce que veulent les nationalistes flamands, ce n'est pas dominer une Belgique exsangue, mais construire un Etat flamand et pour cela, laisser la Belgique s'asphyxier et dépérir, "pourrir lentement", en utilisant au maximum, avec leur argent, leurs compétences régionales et communautaires. C'est cela la "doctrine Maddens"...

 

L’aveuglement de ce partisan des nationalistes flamands triomphants touche à la complaisance. Comment croire qu’un nationalisme triomphant ne désire pas s’étendre au-delà de son territoire pour assurer son destin.

 

Il y a des exemples qui ne le frappent pas, malgré sa grande culture historique, celle d’un nationalisme des années 30 sur lequel Monsieur Chamberlain s’appuyait pour dire qu’il n’y aurait pas de guerre.

 

Combien de fois faudra-t-il répéter que les nationalistes flamands ne "travaillent" pas contre nous, mais pour nous ? Comme le dit très bien M. Lenain, notre compatriote français, ce sont les nationalistes flamands et non les rattachistes wallons qui feront sauter l'Etat belge et permettront ainsi, indirectement, la réunion de la Wallonie à la France.

 

Ce lecteur naïf se voit déjà libéré du carcan belge par la volonté des nationalistes flamands. Cela le rend aveugle. Bien sûr que des entreprises wallonnes appartiennent non à la France, mais à des capitalistes français (Carrefour, chaine internationale française en est le triste exemple. Cherchez le nombre de produits frais français) , mais oublie-il que d’autres sont aux mains de sociétés allemandes ou américaines. Et surtout combien de PME wallonnes dépendent de sociétés flamandes.

 

Ce raisonnement- ou plutôt cette évidence- est-il donc trop subtil pour certains de nos amis ? M. Thirion en est encore à croire que c'est "par une indigestion d'injustice sociale (laquelle, donc ?), la colonisation économique (alors que la plupart de nos grandes entreprises sont déjà sous contrôle français!), et l'oppression politique (sur la Wallonie ???) de la Flandre, que la Wallonie rejoindra la France...

 

Ben voyons, il oublie, pour son argumentation 1945, 1950 et même 1960 sont des années où les Wallons s’élevèrent contre l’injustice et l’oppression. Il ne s’en rappelle que pour se mettre en avant. J’étais, je fus, etc.

 

Le rôle des rattachistes n'est pas de diaboliser les Flamands ni de courir après d'hypothétiques succès électoraux, mais de sensibiliser la population wallonne à l'idée que la partition de la Belgique est inévitable, parce que les Flamands le veulent- et que la meilleure solution d'avenir pour la Wallonie est, dans ce cas, une union-intégration à la France.

 

Et de nouveau l’argument des flamands qui veut abandonner une Belgique qui leur appartient déjà par la loi électorale. Lui qui les vante et les admire tant, les prend-ils pour des imbéciles ?

 

M. Thirion, qui ne cache pas sur son blog qu'il exprime "ses humeurs", va -il encore longtemps se tromper de cible, et tel un nouveau don Quichotte, guerroyer sans fin contre les moulins à vent flamands ? Quel temps et quelle énergie perdus !

Mais j’ai la lucidité, cher monsieur, et je suis heureux que d’autres la partagent. Il faudra bien un jour convaincre les 98% de Wallons qui vous prennent, au même titre que moi et que tous les rattachistes, pour des illuminés. Dans tous vos messages sur votre blogue, vous montrez un mépris certain pour les Wallons. Croyez bien que cela doit leur être insupportable. Moi, je crois ne leur dignité et en leur capacité de réaction, le moment venu. C’est là, la différence essentielle entre nous, j’aime mon peuple et j’espère un jour lui éviter un joug insupportable.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article