Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

L’union-intégration, une solution pleinement française et pleinement belge

6 Septembre 2009 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Mouvements d'humeur

Jacques Lenain, un "haut fonctionnaire" français disent certains, apparemment directeur au Ministère de la Santé et des Sports au Fonds de solidarité vieillesse et auteur d'un essai politique en préparation intitulé «Le destin de la Belgique française», est venu présenter aux Etats Généraux de Wallonie 2009 sa vision  quant au rattachement éventuel de la Wallonie à la France sous le titre " L’union-intégration, une solution pleinement française et pleinement belge ". Déjà le mot pleinement belge est choquant. Veut-il faire de nous de nouveaux bons belges ? Désire-t-il que nous restions des "petits belges" lorsque nous nous rendrons dans une région française ? Serons-nous des citoyens de seconde zone ?

Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette solution va à l'encontre de la thèse du RWF qui préconise plutôt l'Union-assimilation. En effet, devenir citoyen français à part entière semble nettement plus favorable au parti de Paul-Henry Gendebien.

Comme ce Monsieur prépare probablement activement la sortie de son ouvrage et sa possible promotion sur le marché belge, il a jugé bon de rappeler toutes ses conclusions par "lettre ouverte" au Président du RWF pour lui démontrer combien sa ligne était obsolète (d'après lui) ainsi que l'attitude de son parti. A défaut de le convaincre, le débat s'annonce excellent pour la publicité de son " œuvre " .

Comme l'on pourrait me qualifier d'aveuglement envers un parti que je supporte d'une manière indépendante mais dont j'approuve les positions, je vous communique un message paru sur le blogue Forum Bruxelles Francophone, qui m'a semblé bien  refléter la manière saine de voir les choses.

Que veut ce monsieur Lenain ? Nous diviser encore plus que nous ne le sommes ?
Par ailleurs, j'observe que les solutions qu'il propose, en gros autour du respect de la "régionalisation" (parce que, il le dit à demi-mots, il est lui-même un régionaliste français) ont été proposées sans succès depuis la fin de la guerre par tous les fédéralistes belges, wallons et bruxellois.

C'est l'échec, finalement, tant du "Rassemblement Wallon" (et P.-H. Gendebien qui en fut un temps le président peut en parler en connaissance de cause) que du F.D.F. qui, n'en déplaise à Olivier Maingain, est aujourd'hui un véritable échec...
Et ce sont ces échecs-là qu'on voudrait nous faire réexaminer sous l'angle d'une bienveillante "association-intégration" avec la France au nom du fait que les scores du RWF n'ont pas été à la hauteur des espérances ?

Pourquoi faire ? Pour nous faire manger à notre tour par les partis traditionnels ?
De plus, je suis perplexe quant au fait que des Francophones de Belgique
 (Wallons ou Bruxellois) soient prêts à "mourir pour leur autonomie" (c'est en gros ce que dit monsieur Lenain) dans la hantise d'une assimiulation à une France qui, selon lui, serait toujours trop "jacobine", trop "centralisée" ...
Lui, aime la régionalisation, il est comme Ségolène Royal et comme tant d'autres. Qu'il ne tente pas de faire trop vite une généralité de son cas en prétendant que tous les francophones de Belgique sont des régionalistes...
La régionalisation belge est un véritable échec, voilà la vérité. Seule la Flandre en a tiré parti...

Et si, finalement, nous n'engrangeons pas de meilleurs résultats électoraux, c'est peut-être tout simplement dû à d'autres causes plus structurelles, au manque de moyens financiers et humains empêchant toute visibilité (après tout, aucun autre "petit parti" n'a réussi à émerger lors des élections du 7 juin).
_________________
On me demande une épitaphe
Pour la Belgique morte. En vain
Je creuse, et je rue et je piaffe;
Je ne trouve qu'un mot: "Enfin!"


Charles Beaudelaire

Merci à ce Serge que je ne connais pas, mais dont la lucidité mérite tout le respect du monde. Puisse les sympathisants sincères entendre sa voix et son raisonnement. Mais attendons-nous à voir un débat s'amplifier dans les prochains jours.

La contestation est à la mode, comme au MR depuis quelques semaines. Ne pas gagner aux élections entraînent toujours la discussions chez les déçus qui pensent alors à une rénovation. Dans le fond Didier Reynders a eu raison de déclarer aux Estivales que ce n'est pas parce que le vent tourne que l'on change de capitaine (paroles citées de mémoire - NDLR). Voir aussi le témoignage apporté Eric Basso sur le blogue du Scrogneugneu.

Lorsque qu'un laboureur entame son sillon, il va jusqu'au bout du champ et ne le quitte pas sous prétexte que la terre est trop dur alors qu'à côté, elle semble plus meuble !


 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Etienne 24/09/2009 22:51


Bonjour, je suis français du Dauphiné et je suis tout à fait favorable à la Wallonie française.
J'en est marre de cette hantise de la France du coté wallon, des gens qui se focalisent sur le centralisme à la française et de craindre d'être une région "comme une autre", d'être oubliés dans
leur coin.
J'en est marre aussi de voir des français sous estimer les wallons, de voir la Wallonie comme la bête noir ou pire d'imaginer qu'elle soit une future "Calabre du Nord", un poids pour la France.
Marre de cette haine anti-française des deux cotés et des préjugés bidons.
Si la Wallonie devenait française un jour (et je le souhaite), elle ne serait pas la plus pauvre des régions et se placerait dans les premières.
Elle garderai son identité, avec des particularismes locaux comme l'Alsace.
Quoi qu'il en soit vivement un referendum des deux cotés et il y a pas de raison que ça marche pas.


René G. Thirion 21/09/2009 07:54

Je dis et je répète que lorsque le Wallons désireront enfin la France comme patrie, ce sera les gouvernement de la République qui donnera le ton et pas les rattachistes qui poseront leurs conditions.Les élucubrations d'un Lenain sont ridicules. Un ministre français l'a encore dit dernièrement, la République veut l'assimilation des nouveaux français et rejette tout communautarisme. Pourquoi voudrait-il s'adjoindre une communauté "belge" ?

Enfin, ceux qui pensent que la doctrine de l'intégration aiderait à faire plus de voix à des élections se mettent le doigt dans l'oeil. Les 98% de Wallons qui votent autre chose que le retour à la France verront avec encore moins d'intérêt une "petite belgique française", synonyme de stagnation.

Rettachistes ??? Alors soyez un peu révolutionnaire SVP. Défendez hardiment vos idées et cessez d'essayer d'emprunter des chemins de traverse pour tenter d'atteindre un idéal.

C'est un appel à la raison. Paul-Henry Gendebien a l'avantage d'avoir une idée claire et précise. Suivons-là avec fidélité

Eric Basso 11/09/2009 16:58

Oui, je me suis d'abord montré fort sceptique. Toutefois, après que Didier Mélin, dans son blogue, a suggéré d'accepter le projet d'union-intégration en l'envisageant comme une première étape au moins, j'ai réfléchi et je me suis dit qu'au fond, ce projet révélait, de la part de son auteur, un certain pragmatisme. Il me paraît donc que nous pourrions l'accepter; de toute façon, il demeure amendable et ne change rien à notre objectif final. Mais comme nous aurons besoin de transitions...