Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Le CDH retrouve la foi des dames patronnesses

1 Juin 2009 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Le CDH , présidente en tête,  a été parader à la maison de repos et de soins Marie Immaculée de Neufvilles, où ses candidats ont compati sur les peines du personnel et des résidents.

Pour Joëlle Milquet, il s'agit d'une manière de "remettre les gens au cœur de la campagne ", sans meeting ni petites phrases assassines, mais avec l’aide d’une presse complice, toujours à l'affût de « la poupée qui fait non ».
 

On a vu l'épuisement du modèle marchand et du culte de l'argent, a dit  cette dame patronnesse des temps modernes. Il existe à côté un secteur souvent dévalorisé, le non marchand, qui est pourtant créateur d'emploi et qui doit répondre à de nouveaux besoins exponentiels. Pendant cette crise, il y a au moins une demande qui n'est pas en diminution, c'est celle des personnes ».

Joëlle propose de mettre en place un plan massif de développement des services aux personnes "avec un cadastre à dix ans pour voir où sont les besoins, dans quels secteurs, quelles infrastructures sont à construire, quels sont les nouveaux emplois à créer et donc quelles sont les nouvelles formations à organiser ».

Ce genre d’action, qui rappelle les pleurs de Ségolène Royale sur le sort d’un handicapé en fauteuil roulant lors de la dernière campagne présidentielle en France, ferait rire si elle ne prêtait pas à pleurer.

Cette visite faite avec Catherine Fonck, ministre de l'Enfance, de l'Aide à la jeunesse et de la Santé de la Communauté française, permet de s’interroger sur la valeur du travail qu’elle a accompli durant la précédente législature. La défense des vieux et des malades commençait il y a cinq ans et non aujourd’hui. 

Melchior Wathelet, lui aussi présent, opinait gravement, alors qu’en tant que secrétaire d'État fédéral aux finances il est parfaitement au courant de du trou budgétaire que se creuse à une vitesse encore jamais atteinte à ce jour.

L’indécence politique n’a plus de limite. Les électeurs vont-ils enfin se rendre compte qu’il faut soulever le voile d’hypocrisie qui recouvre les quatre partis habituels ? À chacun son image pour cacher sa soif de pouvoir.
 

Notre Jacques Brel l’avait chanté :

Pour faire une bonne dame patronnesse
C'est qu'il faut faire très attention
A ne pas se laisser voler ses pauvresses
C'est qu'on serait sans situation
A ne pas se laisser voler ses pauvresses
C'est qu'on serait sans situation

Et un point à l'envers
Et un point à l'endroit
Un point pour Saint Joseph
Un point pour Saint Thomas


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article