Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Les sirènes du 1er mai se taisent permettant ma réflexion

2 Mai 2009 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Humanisme, libéralisme, socialisme et écologie sont des concepts respectables qui parlent de tolérance, de liberté, d’égalité et de respect pour notre monde. Nos politiciens en ont fait des insultes destinées à leur adversaire. Alors que ces valeurs devraient être complémentaires, elles sont devenues la source de division de la raison.

Le vieil adage « diviser pour régner » est toujours d’actualité. Nos politiciens nous divisent, nous obligent  à prendre parti dans un combat qui n’est pas celui du citoyen, pour  obtenir toujours plus d’avantages, toujours plus de pouvoir.

« Liberté, Égalité et Fraternité » est le rassemblement de toutes ces valeurs qui devrait unir le peuple, notre peuple de Wallonie, au lieu de le transformer en moutons de panurge.

Hier, c’était la fête du travail avec tous  les discours appelant  à la guerre sainte contre l’autre, mais ignorant les réelles souffrances des gens. Je me serais senti Sali que de participer à ces mascarades traditionnelles relevant de la manipulation pure et simple.

Aujourd’hui, libéré de toutes les oppositions exprimées hier, j’appelle au respect de Droits de l’Homme et du Citoyen, énoncé par nos parents en août 1789 au Ban de Franchimont.

Tout homme politique qui se présente au suffrage des électeurs devrait pouvoir s’engager à suivre au moins dans sa conduite ses trois premiers articles :

Art. 1

Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

Art. 2

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme, ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.

Art. 3

Toute souveraineté réside essentiellement dans le peuple: nul corps, nul individu, ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.  


Sur base de ceux-ci, il faut avouer qu’un grand nombre de nos gouvernants actuels et non des moindres devraient se faire « hara-kiri » s’ils étaient japonais et avaient le sens de l’honneur !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article