Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Le rattachisme - Il faut bien commencer à y croire

12 Février 2009 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

En septembre 2008, l’Institut Emile Vandervelde, centre d’études du PS, a publié un « État de la Question » intitulé « Le rattachisme : une conviction en progrès en Wallonie ? »

.

Son auteur, Philippe Hubert, y déclare dans ses conclusions :

«  Il est clair qu’on ne peut plus conclure à l’inexistence d’un sentiment rattachiste réunioniste francophile du fait que les partis portant ce courant ne récoltent qu’un à deux pourcents des suffrages.

 

Il convient également de mesurer combien cette tendance est en  rajeunissement. L’image du rattachisme (et du rattachiste) a sensiblement changé en quelques années. Ce ne sont plus quelques anciens chantant la Marseillaise autour d’un éphémère ministre du Général mais une tendance plus large, jouissant d’un fond de sympathie chez « monsieur tout le monde », d’un attrait auprès de catégories plus « formées » et affichant un réel dynamisme. Il se pourrait que le mouvement se crée progressivement une place durable dans le paysage. »

 

Voilà que les candidats PS à l’élection régionale et européenne ne peuvent pas se dire non-informés de l’évolution probable du sentiment pro-français des Wallons et auraient donc tout intérêt à ne plus vilipender ce sentiment qui progresse fortement au sein de la région. Il risque donc d’y avoir un écart entre l’opinion de l’électeur et celui du président de ce parti, manifestement grand défenseur de la Belgieke et partisan d’un rapprochement avec la Flandre. Ses déclarations comme Bourgmestre de Mons à propos de son alliance avec Mechelen pour 2015 prouvent sa volonté de tenter de garder l’union fédérale à tout prix : «Je vais d’ailleurs continuer à travailler aussi avec des villes comme Gand pour élaborer, au-delà de 2015, des mécanismes d’échanges d’élèves et de professeurs afin que chacun puisse mieux apprendre la langue de l’autre. C’est un vrai échange culturel. ».

 

Le grand écart en quelque sorte entre le Grand Timonier et la volonté de séduire le citoyen Wallon. Le même en quelque sorte que celui de Willy Demeyer, partagé entre son devoir de 1er magistrat de la cité et son allégeance à son président de parti.

 

Pour rappel, l’Institut Emile Vandervelde a été créé en 1946 et est devenu au fil du temps le centre de coordination des activités du mouvement socialiste.

Pour prendre connaissance de la totalité du rapport (sous format pdf), cliquez sur ce lien.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article