Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Olivier Maingain, où est-il ? que fait-il ? Il médite sûrement !

12 Janvier 2009 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Est-il en vacances ?  Craint-il de mécontenter les Flamands et faire capoter les efforts des partis francophones en général et du MR en particulier pour préserver ce nouveau (c'est avec du vieux, que l'on fait du neuf) gouvernement dont tous les parlementaires clament la pérénité jusqu'en 2011 ? Ou est-il simplement malade de l'indigestion des tirs croisés sur le président du FDF, même au sein du parti MR dont il est un vice-président mais aux ordres d'un président, dont la visée n'est pas spécialement la défense des régions ?

En tout les cas, il ne doit pas compter sur Joëlle Milquet pour être une Madame Nee. Herman Van Rompuy -prononcez Herr ment, Vent Rond Puit (de sagesse) - est un homme remarquable et bien qu'elle ne soit pas là pour donner des mauvais points à Yves "C'est terminé", elle accorde  la meilleure note au nouveau meneur de l'opéra comique belge.

Il ne doit pas non plus compter sur Laurette Onkelinx, elle aussi en extase devant le savoir-faire de ce petit homme dont certaines mimiques malicieuses font penser au Dalaï-Lama.
Mais il faut rappeler la définition de malice: " inclination à s'amuser aux dépens d'autrui ".
Et l'on peut facilement penser que dans son cas autrui, c'est l'ensemble de la communauté française de Belgique.Même la Durand tombe sous le charme.

Et tout ce joli monde de fans fascinés par la nouvelle star, oublie BHV, les refus flamands de discuter sur la nomination des bourgmestres de la périphérie ou sur l'élargissement de Bruxelles.

La preuve de son absence se situe sur son blogue consulté ce 12 janvier 2009 et dont le dernier communiqué de presse date du 24 novembre 2008. Il titre "Nouveau refus de nomination des trois bourgmestres - le gouvernement prend la responsabilité de paralyser la négociation institutionnelle".  (Aujourd'hui, l'on parle beaucoup de la reprendre - NDLR)


Depuis, plus rien à signaler sur le plan de la défense des francophones. Pas de nouvelles du Front malgré une démission gouvernementale, des tractations pour sauver la coalition du naufrage, puis la nomination d'un premier ministre flamand, justement issu de cette périphérie qu'il est sensé délivrer d'une dictature linguistique insupportable?

Les âmes naïves penseront que ce silence assourdissant  (que l'on dit d'or)  a pour but de sauver la Belgique d'un chaos économique et social. D'autres, plus imaginatifs, penseront que des consignes ont été données.

Décidément, si Paris vaut bien une messe, une place en ordre utile sur une liste électorale vaut bien une surdité aux provocations flamandes.


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article