Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

"Stanley" Martens à la recherche d'un Livingstone belge

26 Décembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Mouvements d'humeur

L'explorateur du Roi Albert II, "Stanley" Wilfried Martens, avait réuni les journalistes pour annoncer la découverte de Livingstone, le nouveau premier comme disent les flamands, perdu dans les marécages de la politique belge pour ce vendredi 16h00.

Ces messieurs de la presse ont dû déchanter. Après de multiples palabres avec les chefs coutumiers des tribus flamandes et wallonnes, il n'a pas encore réussi à trouver l'homme providentiel. Mais, il le dit lui-même, il ne désespère pas.

Quels sont les arguments qu'il peut employer pour convaincre les irréductibles politiques qui veulent un gouvernement provisoire jusqu'aux élections de juin 2009 ?

S'il voulait m'écouter, je lui conseillerais de leur dire d'abandonner cette exigence ridicule et d'accepter l'option 2011 pour les prochaines élections fédérales. De toute façon, quelle que soit la date choisie, la Belgique est dans un tel état de délabrement, qu'aucun gouvernement n'est sûr de tenir plus de quelques mois.

Un budget élaboré sur une croissance de 1,2% alors que l'on tombe en pleine récession, des tas de procès contre l'état en perspective, des actionnaires de Fortis contre le gouvernement à ceux d'Electrabel contre la taxe sur les centrales nucléaires décrétées par le ministre Magnette et des soupçons de plus en plus marqués sur les politiciens dans leur vision de la séparation des pouvoirs.

Oui, quels que soient les voeux que l'on pourrait formuler pour l'année nouvelle, il se crée une certitude, celle que nous entrons dans le fin d'une paix communautaire que les francophones ont maintenue depuis des années par des compromissions, de moins en moins acceptées par les Wallons.

Car il ne faut jamais oublier que les compromis "à la belge" conduisent à des compromissions des politiciens dits "francophones".

Dans un bras de fer, il y a toujours un gagnant. Les Flamands découvrent avec horreur que le peuple wallon refuse de plier l'échine une fois encore et que leurs politiciens affolés ont de plus en plus de mal de leur faire avaler les couleuvres des quelques cadeaux de pacotille qu'on leur offre depuis des années en échange de leur fierté et de leur liberté.

Décidément, "Stanley" Martens risque de "boire le bouillon" sur les flots déchaînés du torrent de mécontentement citoyen !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article