Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Au début d’une aventure, le cocu y est toujours pour quelque chose

8 Décembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Dans une interview accordée au journal gratuit métro (néerlandophone), le ministre flamand des Affaires intérieures Marino Keulen dresse un bilan sur les quatre premières années de politique d'intégration civique (inburgering) menée au nord du pays.

Il se flatte d’avoir près de 15.000 personnes ont suivi cette année les cours d'intégration civique.  " Sur ce plan, nous nous situons à l'avant-garde en Europe. Nous prouvons que nous sommes une région ouverte, tolérante et riche en opportunités ", ose déclarer ce ministre qui préfère appliquer les lois (iniques) flamandes aux lois fédérales, en refusant la nomination des bourgmestres élus démocratiquement dans les communes de la périphérie bruxelloise et donne ainsi une gifle cinglante à tous les francophones du pays et à la soi-disant démocratie belge.

 

Mais il va encore plus loin en regrettant qu’une telle politique fasse défaut en Wallonie et à Bruxelles et de pointer les soi-disant tabous, que nous nous appelons simplement le droit au respect du citoyen.

 

 " J'ai suivi récemment ", déclare-t-il avec aplomb " un débat à ce sujet. C'était pénible. Toutes les trois phrases, on disait 'attention avec la stigmatisation des gens'. Charles Picqué n'était même pas venu au débat parce qu'il trouvait trop sensible de discuter d'intégration ". Du culot, toujours du culot !

 

Mais pendant ce temps, notre ministre de l’emploi wallon Jean-Claude Marcourt s’entend avec Frank Vandenbroucke son homologue flamand, tous deux membres du dialogue sur la réforme de l’état, pour lancer un "appel à l'action et au dialogue au service de la relance économique et du progrès social qui s'inscrit dans une troisième “voie” entre la scission du pays et un statu quo " néobelgicain " par laquelle nous pouvons à long terme garantir l'essor de l'État fédéral et des entités fédérées ", affirment-ils avec un bel enthousiasme ?

 

Nous avions pourtant entendu que nos présidents « Musculator » francophones jurer qu’ils n’accepteraient jamais une reprise du dialogue institutionnel tant que les problèmes de la nomination de bourgmestres francophones et de BHV ne seraient pas résolus.

 

Il semblerait que le PS oubliera très vite le premier point avant de lâcher sur le second et permettra ainsi à la Flandre d’avoir des frontières politiques définitivement fixées. Après, il ne restera plus qu’à étouffer Bruxelles francophone et terminer la conquête économique de la Wallonie par K.O technique.

 

« Au début d’une aventure, le cocu y est toujours pour quelque chose » a écrit Sacha Guitry . Nos dirigeants politiques wallons feraient bien de méditer cette affirmation.

Elle s’applique parfaitement à leur conduite actuelle et le cocu de l’histoire risque à nouveau d’être la Wallonie !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article