Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Le petit raton laveur: Faut pas rêver...

30 Novembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

L'article paru dans la dernière parution de la Ligue wallonne de la Région de Bruxelles, sous la signature de Raymond Watrice m'a semblé intéressant à publier sur le blogue.

 

Une expression différente de la nôtre mais qui la rejoint et qui méritait d'être portée à votre connaissance !

 

"… Que le départ de la N-VA va rendre la Flandre moins arrogante. Bien au contraire. La vigilance est de rigueur… Le CD&V n’a pas changé ; il ne changera jamais : il est et restera le CVP.

 

Au demeurant, les déclarations des éminences du CD&V au Congrès d’actualité du parti ont été claires, nettes, sans ambiguïté : application du programme du CD&V fondé sur les cinq résolutions du Parlement flamand. Rien que le programme du CD&V. Kris Peeters, ministre-président du gouvernement flamand est ferme sur ce point : « Les démocrates chrétiens ont réalisé toutes les réformes précédentes qui ont fait de la Flandre ce qu’elle est. Ils feront la prochaine ». Yves Leterme, Premier ministre, appuie les propos de son ministre-président : « Il faut garder l’objectif final ». Marianne Thyssen, présidente du CD&V, replace la position du CD&V sur l’échiquier politique : « La fin du cartel ne changera rien à notre ligne. Notre ligne flamande ».

 

 

Faut pas rêver… La Flandre ne changera pas un iota à sa ligne de conduite. Elle veut un transfert de compétence ; elle veut encore engranger des profits. Pour survivre, elle a besoin de l’argent des autres. Elle y arrivera. « Etape par étape » martèle Yves Leterme. Il n’y aura pas d’élargissement de Bruxelles, mais il y aura une scission de BHV. Il n’y aura pas de statut de Région à part entière pour Bruxelles, mais il y aura une gestion conjointe de Bruxelles par la Flandre et la Wallonie, du moins momentanément, après seule la Flandre gérera Bruxelles. Il n’y aura pas de nomination des trois bourgmestres francophones élus démocratiquement en octobre 2006, mais il y aura une circulaire qui placera les trois communes sous gestion de la province du Brabant flamand.

 

 

Faut pas rêver… La Flandre a besoin d’espace et d’eau. A l’horizon 2015, de gros nuages noirs s’amoncelleront au-dessus de la Flandre… Son opulence actuelle ne pourra enrayer sa dégringolade et elle le sait ; le temps joue contre elle. C’est pourquoi elle a besoin d’amasser vite. Souvenez-vous : « de klok klikt » (l’horloge tourne), disait il y a peu un député SP.A au Parlement de la Région flamande. Les aiguilles de la montre tournent inexorablement et marquent les fissures de son tissu industriel, l’effilochure du textile, la peine de l’automobile, l’ensablement du port d’Anvers, la désertification sablonneuse du Zwin, l’essoufflement de ses exportations portées essentiellement par le secteur automobile, les rides de sa population vieillissante, la pollution de son sol et de son sous-sol… Le mal de la Flandre…c’est son avenir, un avenir fort sombre. Aussi la Flandre ne peut plus attendre ; il lui faut tout de suite de l’espace, de l’eau, des bras, de l’argent… Il lui faut tout de suite des réseaux ferroviaire et fluvial la reliant à la zone rhénane ; une liaison avec l’opulente Ruhr. Sinon … elle subira des chocs économiques et sociaux auxquels viendra s’embosser le choc des générations ; elle manquera de capitaux pour un bien-être à sa population toujours de plus  exigeante… Une question de survie. Etre ou ne pas être… La Belgique fédérale ou la Vlaanderen ? La Flandre a choisi, choisit et choisira par orgueil la Vlaanderen, un Etat indépendant unilingue s’étendant de La Panne à Arlon…Les francophones doivent plier les genoux…face à la logique et à la volonté flamandes.

 

 

A nos éminences politiques francophones d’être lucides. Elles connaissent les lourds fardeaux qui s’entassent sur les épaules flamandes. Wallonie et Bruxelles ont payé, paient et paieront encore davantage pour l’épanouissement de la Flandre si nos éminences continuent à se livrer des batailles d’ego aussi stupides que dramatiques. Le citoyen bruxellois et le citoyen wallon méritent mieux que d’être des « portefaix » d’intérêts personnels, des spectateurs obligés des combats d’arène. A ces personnalités de rendre confiance aux citoyens d’en bas et de prouver leur attachement aux valeurs de grandeur qui façonnent de grandes actions d’intérêt général…

 

 

Faut pas rêver … à un assouplissement des prétentions flamandes…

Le Petit Raton Laveur s’en va cependant, à travers les polders et le long des canaux de Flandre, à la recherche d’un Flamand modéré, débarrassé de son arrogance. Peut-être fera-t-il une courte halte à la place Albert, dite place « M’as-tu-vu », de Knokke-Le Zoute ? Un rêve fugitif…"

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Raymond CHARLES 01/12/2008 17:24

Vous avez bien résumé la mentalité flamande. N'oublions pas le sigle de la tour de l'Yser, AVV-VVK, ce qui veut dire "Alles Voor Vlaanderen - Vlaanderen Voor Kristus". Cela correspond en gros au "Gott mit uns" de nos amis teutons.