Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Panique chez les francophones

25 Novembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Cela y est. Voilà que le beau jouet que le roi et ses trois sages avaient mis au point pour détourner l’attention du citoyen belge du problème institutionnel qui devient de plus en plus inextricable et menace l’unité du pays et même, horreur suprême, la monarchie.  

Les dirigeants du MR, du PS, du CDH et d'Ecolo se sont donc réunis ce mardi pour déterminer une position commune face à la décision de Marino Keulen de ne pas nommer les trois bourgmestres de la périphérie bruxelloise.

Dans leur crainte infantile que la crise s’amplifie au point de devoir retourner aux urnes plus rapidement que désiré, ils font appel à Saint-Nicolas, le sieur Kris Peeters, en lui demandant de préciser que la décision que le ministre des Affaires intérieures de la Communauté flamande n’était ou ne serait pas acceptée par le gouvernement flamand et qu’ainsi l’on éloigne un petit peu l’échéance fatale de la crise coûteuse en portefeuilles ministériels .

Mais c’est bien sûr, le ministre applique une loi flamande, votée par le parlement flamand et le gouvernement va lui demander de reporter sa décision, voire à donner sa démission.

Nos politiques francophones sont aveugles et bêtes, je n’arrête pas de le proclamer. Toutes ces gesticulations n’impressionnent pas la nation flamande qui s’est donné un destin. Non pas l’indépendance comme certains semblent le craindre, mais bien une autonomie complète de gestion de leur territoire, une prise totale en main d’un état fédéral comme vitrine internationale et avec Bruxelles comme capitale de la Flandre. La Wallonie serait considérée comme un protectorat où un néo-colonialisme économique régnerait pour leur plus grand bénéfice.

Il est temps que les yeux des Wallons s’ouvrent à la réalité.

 Le combat belgicain est perdu d’avance et si la Belgique se maintenait, ce serait au détriment  des francophones privés de plus en plus du simple droit de vivre librement  dans leur culture.

Le seul espoir qu’il nous reste est d’être accueilli en frère retrouvé au sein de la patrie française, notre patrie charnelle. Quitter ce royaume lilliputien pour rejoindre une puissance mondiale.

Hors de la France,  point de salut. Alors, pourquoi encore perdre son temps dans des élections où les dés sont pipés . Toutes les promesses de pacification communautaire, du maintien d’une solidarité entre les régions ou tout simplement la protection d’une constitution tellement rapiécée qu’elle finit par tomber en lambeaux, sont des mensonges soit de politiciens soit naïfs, soit menteurs.

Une raison de leur donner une première gifle aux prochaines élections. Votez en masse pour le RWF. A défaut, d’une victoire significative capable de précipiter les choses, cela aura l’avantage d’attirer des regards sur notre Wallonie de plus en plus attentifs de la France.

Et comme la plupart de nos politiciens sont plus intéressés par leur situation que par la cause idéologique, il est à parier qu’un certain nombre d’entre eux se rallieront bien vite au combat pour notre liberté !

Élire quelques représentants du RWF sera la première marche gravie vers un retour à la République.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fab 10/12/2008 11:06

Chers amis Wallons, si vous quittez la Belgique, vous êtes les bienvenus dans la maison France !

Fab