Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Quand le maçon se flatte de la qualité de son ciment

16 Novembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Yves Leterme, vous savez, notre premier ministre traité de menteur par Neelie Kroes, la commissaire européenne à la concurrence et qui n’a pas encore exigé des excuses pour l’affront qui lui a été fait ainsi qu'à la Belgique qu'il dirige et représente, a évoqué samedi la monarchie à l'occasion de la Fête du Roi.

La cérémonie s'est déroulée au parlement fédéral, en présence du souverain.

Ce bon Yves, amateur de la Marseillaise comme hymne national belge, maître-chanteur sur les actionnaires de Fortis et aimant, nous dit-il, le second degré en matière d’humour ceci expliquant cela, a déclaré

. "Au cours des quinze dernières années, nous vous avons perçu comme étant un ciment manifeste ainsi qu'un facteur de cohésion pour ce pays complexe et aux multiples facettes. Par votre fonction institutionnelle, vous êtes un ciment. Par votre personnalité, votre sérénité et surtout votre engagement profond, vous êtes devenu un facteur de cohésion dont l'autorité a dépassé la fonction",

Etait-ce ce fameux humour qu’il maniait en parlant d’autorité à un roi qui ne s’est même pas exprimé sur les derniers événements financiers qui ont frappé notre secteur bancaire et ses innocentes victimes qui ont parfois perdu toutes leurs économies ? C’est vrai, le roi ne peut pas s’exprimer sans être couvert par un ministre. Mais alors le mot autorité n’est-il pas mal choisi ?

Vous êtes un ciment est aussi un doux euphémisme. À part le serment de fidélité au roi prêté par de nombreux serviteurs et fonctionnaires d’état, qu’est-ce qui tient encore l’unité de la Belgique, sinon la peur des politiciens de voir basculer un système qui leur est favorable. Un véritable gruyère pour les quelque 60 ministres et les nombreux parlementaires fédéraux, régionaux, communautaires, provinciaux et européens qui vivent sur le sang du peuple.

Cher Yves, je crois que vous avez encore une fois galéjé et que votre ramage ne convainc absolument pas sur la qualité de votre plumage. Vous êtes nu devant une vérité première, vous n’avez pas capacité à diriger ce pays, qui va à l’explosion communautaire ou sociale. Ces deux éventualités vous menacent. Quelle sera celle qui vous renversera ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article