Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

L'unité de la Belgique, Karl Heinz s'en occupe !

15 Novembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

A l’occasion de la fête de la Communauté germanophone vendredi soir à Eupen Karl-Heinz Lambertz, son ministre-président a souligné que sa Communauté n'avait d'autre choix, à l'occasion de la prochaine réforme de l'État, que de revendiquer les mêmes compétences que celles qui ont été ou qui seront confiées aux autres Communautés et Régions.

Il faut rappeler  pour ceux qui l’ignoreraient que sa communauté, située en province de Liège, a une superficie de 854 km² et une population de 73 119 habitants, dont 17 % d’étrangers. Si elle veut les mêmes pouvoirs que les deux autres communautés, pourquoi ne pas réclamer les mêmes pour les 10 provinces belges supérieures en superficie et en nombre d’habitants.

Et ledit sage qui était là pour aider au dialogue institutionnel d’en remettre une couche en expliquant que le rapprochement grandissant entre la Région wallonne et la Communauté française va rendre plus difficile l'exercice de compétences communes entre la Région wallonne et la Communauté germanophone et l’obligera à prendre à son compte, à côté de l'aménagement du territoire, le logement et les affaires touchant à la province, d'autres compétences régionales.

 

Mais cela ne l'empêche pas de miser sur la collaboration avec les autres Communautés et Régions en Belgique, avec les régions voisines de l'Eurégion Meuse-Rhin et de la grande région Saare-Lorraine-Luxembourg et même d'autres régions d'Europe, particulièrement, mais pas exclusivement dans les pays germanophones. Cela ressemblerait à du surréalisme belge, s’il n’était pas typiquement local.

 

Si Karl  Heinz se sent profondément différent des Wallons et des Francophones, rien ne l’empêchera en cas d’éclatement du pays de demander le rattachement à l’Allemagne ou s’il est encore un peu sensible aux traces du passé de la deuxième guerre mondiale et qu'il  préfère une autre alliance, de se rattacher à la Communauté flamande.

 

C’est le grand rêve de certains Flamands depuis la création du fédéralisme à tel point que la cession des Fourons, appartenant à la province de Liège et peuplée de Wallons fut une des exigences de négociateurs flamands.

 

 Ces petites communes permettraient une liaison à la région germanophone et au-delà à l'Allemagne. Wallonnes, elles constituaient une barrière infranchissable à ce grand rêve.

 

Alors, Karl Heinz, si la crise institutionnelle te donne l’envie de nous quitter, n’hésite surtout pas, mais de grâce cesse de jouer les anciens Belges unitaires et les bons démocrates.

Ce rôle ne te convient absolument pas ! Il faudra interroger ta population pour connaître ses vrais désirs et si j’en crois l’histoire de l’Alsace et de la Lorraine satisfaites de rejoindre le giron républicain, le retour à des valeurs germaniques ne rencontrera pas nécessairement le désir des citoyens qui vivent en paix et en harmonie dans notre beau pays de Liège.


Ce sera surtout à eux de décider de leur sort i

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article