Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Petite action et grande combine.

29 Septembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Mouvements d'humeur

Il y a des petites actions qui plaisent parce qu’elles sont un encouragement à l’action et comme le ruisseau devient rivière avant de s’afficher fleuve, elles contribuent à l’agrandissement du projet et sont source d’espoir en l’avenir.

Un militant a placé une banderole " Liège - Ville française " à l‘entrée du tunnel Hocheporte à Liège restant plus de deux heures à la vue des automobilistes qui entraient dans la ville.

Nous voilà loin des récriminations de certains qui trouvent le RWF inactif. Si l’on voit l’idée du retour à la France s’afficher les 14 juillet à Liège et sur les ponts d’autoroutes, aux fêtes de Wallonie tant à Namur qu’à Liège, et de manière spontanée par des distributions de tracts sur les marchés ou à certaines grandes manifestations, c’est chaque fois aux militants du RWF qu’on le doit uniquement.

Il faut remercier ces acteurs qui portent notre message au peuple wallon, parfois avec certains heurts, car si l’accueil est généralement sympathique, certains défendent avec agressivité l’idée d’une Belgique ancienne.

Ils finiront pourtant par comprendre que la Belgique qu’ils aimaient d’un amour respectable est morte définitivement et que ce sont des soubresauts post-mortem qui agitent encore nos politiques.

Cela nous conduit à ce que j’appelle la grande combine. Fortis est en difficulté et risque la faillite. Aussitôt les comparses du Benelux se débrouillent pour venir à son secours. Cinq milliards d’euros à charge de l’État belge pour une participation à 49%. Ce n’est donc pas une nationalisation (ce qui exigerait 2% de plus), mais le soutien financier d’actionnaires publics et privés. Pas pour les clients qui ont moins de 20.000 euros sur un carnet de dépôt ou sur un compte courant et qui sont garantis contre elle. Non, pour ceux qui ont acheté des actions pour jouer sur les hausses du titre. Si le titre avait doublé de valeur, l’état serait-il intervenu pour reprendre les bénéfices engrangés ?

Certes non. Pourquoi l’état ne prend-il pas à sa charge toutes les pertes sur actions, faites par des sociétés confiées à de mauvais gestionnaires . Peut-être va-t-il déjà récidiver pour Dexia ?

Agit-il ainsi pour sauver l’économie du pays ? Ou pour ne pas laisser ce groupe hollando-belge passer dans le camp français et privilégier ainsi les accords Benelux que l’on vient de reconduire sans même consulter la nation, ni la plupart des parlementaires ?

Poser la question est y répondre.

Le jeu choisi par notre gouvernement est terriblement dangereux. Nous ne sommes pas les États-Unis et si ces banques avaient de nouveaux problèmes dans les prochains mois, la Belgique finirait par se retrouver avec une dette colossale sur le dos.

Décidément, j’aime les petites actions de militants et je déteste les actions qui sont plus un jeu de casino qu’un soutien au commerce et à l’industrie. Ce jeu est complètement dévoyé et les faits le prouvent !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean-Claude Matrige 30/09/2008 11:59

Merci Monsieur Thirion de saluer les actions du RWF et en particulier celles de l'arrondissement de Liège. Lors de notre dernière réunion, j'ai dressé le bilan de nos nombreuses activités sur l'exercice 2007-2008. Je profite de l'opportunité de votre blogue pour remercier une fois encore nos militants pour leur courage et leur disponibilité.
Comme vous le faites si bien remarquer, ces manifestations sont le fait de nos militants et certainement pas celui d'un groupuscule de détracteurs plus enclin à la critique qu'à l'action. La critique est pour certains le seul moyen d’exister à l’instar de la mouche du coche de La Fontaine.