Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Un politologue confirme la stratégie économique flamande que je dénonce

15 Septembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Cela fait belle lurette que je dénonce la mainmise de la Flandre sur l’État fédéral  et l’étranglement volontaire de la Wallonie par le biais économique.

J’ai encore récemment affirmé que cette stratégie était en cours depuis longtemps et même avant le fédéralisme qui nous est aujourd’hui fatal.

C’est donc avec un plaisir évident que j’ai trouvé la relation d’une interview donnée au journal L’alsace.fr  par André Verjans, politologue à l’université de Liège sur le blogue de Claude Thayse. Je le recommande à tous mes lecteurs pour la mine précieuse d’informations qu’il contient (http://www.claude-thayse.net ).

Il y déclare notamment : « La première cause du déclin wallon, qui est réel, est la mainmise des Flamands, depuis des décennies, sur les ministères-clés de l’Économie, de l’Emploi et des Transports. Le réseau autoroutier a été conçu pour irriguer la Flandre, et a longtemps oublié Bruxelles. Toutes les multinationales américaines ou européennes qui se sont implantées en Belgique après la guerre ont été conduites en Flandre. Toutes, sauf Caterpillar en 1965, parce que quand le PDG de cette entreprise est venu en Belgique pour chercher un terrain, le responsable flamand qui devait le recevoir était malade, et a été remplacé par son adjoint, francophone ! »

Si l’on ajoute maintenant la solidarité patronale flamande et sa stratégie « zéro achat, mais maximum de vente en Wallonie », l’on se rend compte qu’une Belgique confédérale serait l’étape finale d’une colonisation du territoire wallon.

Il ne pourra plus y avoir de progrès économiques et sociaux en Région wallonne, sans une rupture complète avec ce voisin en quête de territoires à exploiter.

Nos hommes politiques ne veulent pas ou ne peuvent pas le comprendre. La seule manière de les forcer à ouvrir les yeux sera de voter RWF. Comme certains le disent, le nombre des élus ne sera pas suffisant pour décider le rattachement à la France, mais ils se battront durs pour convaincre les autres que désormais, il ne servira à rien de regarder vers le passé et que la seule manière de garder son mandat sera de se ranger aux côtés des élus RWF. Cela ne devrait pas être difficile, car ils sauront que le jour de la réunion à la France, le RWF disparaîtra sa mission accomplie et que leurs partis traditionnels seront à nouveau maîtres du jeu, mais cette fois totalement démocratique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Rene G. Thirion 17/09/2008 17:01

Cher Monsieur Thayse,
Poinr n'est besoin d'être militant, sumpathisant ou curieux du RWF pour que j'apprécie néanmoins la qualité de ses interventions sur son blogue. J'apprécie le vôtre. Un point, c'est tout !

Bien entendu, personnellement, j'ai choisi le RWF pare que je crois en ses chances et en sa sincérité. J'ai cotisé à d'autres mouvements mais j'ai bien vite déchanté. Leur haine pour la structure du RWF et ses dirigeants suintent dans leur propos. Ce que je n'aime guère en bon démocrate. J'ai passé l'âge de croire aux actions violentes ou en l'espérance d'un entrisme au sein des partis traditionnels. Je n'ai pas senti cette amertume chez vous, même si apparemment, vous avez certaines raisons qui la justifieraient. Je vous en apprécie d'autant plus !

Claude Thayse 17/09/2008 13:43

Merci de votre appréciation.
Un détail, je n'ai absolument rien à voir, ni aucun contact, avec la structure dirigeante du RWF.

Claude Thayse 17/09/2008 13:42

Merci de votre appréciation.
Un détail, je n'ai absolument rien à voir, ni aucun contact, avec la structure dirigeante du RWF. Après en avoir assumé la présidence et obtenu la seule progression (certes minime, mais regardez l'évolution des résultats en pourcentage de votes valables)électorale de son histoire, j'en ai été exclu sur un "mouvement d'humeur de son président" et après une campagne de calomnie du responsable de la commmunication.
Mais vous n'êtes pas obligé de mettre ce commentaire en ligne...