Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Pascal Vrebos ou l’art de rendre coupables les victimes ?

15 Septembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Pascal Vrebos, journaliste à RTL-TVI et animateur de Controverse est toujours, comme de mise dans son métier, à la recherche d’un sujet brûlant pour ses débats et d’un titre provocateur pour les annoncer.

Mais faire une émission dont le titre introducteur est « La Wallonie, la cause de tous les maux ? » insinue sournoisement avant même la discussion que cette région est mise en accusation dans ce qui est ressenti comme le drame institutionnel de l’État fédéral.

Bien sûr, la Flandre et l’ensemble de sa classe politique en tête le pensent puisque nous osons nous montrer rétifs (si peu, mais trop encore) à leurs demandes pressantes, expression diplomatique pour des exigences totales.

Bien sûr, le MR, dont le président rêve de s’emparer de l’Elysette, puisqu’en grand stratège, il pense que déclarer la Wallonie terre aride et sans ressort à cause de la coalition PS/CDH, lui apportera toute la sympathie des Wallons.

Mais le bon et vrai débat n’aurait-il pas dû être plutôt « Qui sont les responsables du chaos belge ? » ? Là, le jeu aurait été ouvert. Mais le titre choisi plaçait déjà notre petite patrie en position d’accusée.

Parce que le constat d’une Wallonie miséreuse en face d’une Flandre opulente en richesse et en travail n’est pas imputable essentiellement au caractère profiteur d’un parti socialiste enclin à faire du clientélisme. Non, la cause principale de cet écart important se situe dans un fédéralisme mal étudié où par le jeu de la majorité, l’état fédéral allait forcément être colonisé par les plus nombreux. C’est une règle élémentaire que l’histoire nous apprit et qui s’est encore appliquée cette fois.

Doucement, les pouvoirs de gestion financière, économique et sociale ont basculé vers le nord. C’était un jeu de petits pas qui avait commencé, bien avant le fédéralisme et qui y a trouvé le moyen d’accélérer la domination de l’État belge.

Et nos hommes politiques wallons ont laissés faire, ont accepté de nombreuses réformes où Wallons et Bruxellois étaient perdants..

Comment dans une saine démocratie, peut admettre qu’une ethnie flamande majoritaire impose sa volonté à une ethnie francophone minoritaire dans l’état fédéral alors que dans la capitale de ce même état,  la minorité ethnique flamande dispose d’une représentativité imposée supérieure à ce qu’elle devrait être ?

Voilà la réponse à la faiblesse actuelle de la Wallonie. Cela donne-t-il un blanc-seing au gouvernement wallon actuel et à son plan Marshall (Nom de triste mémoire qui rappelle la paupérisation de l’Europe à la fin de la dernière guerre) ?

Non bien sûr. Si la Wallonie se redresse, c’est surtout par l’esprit d’entreprise de ses petits patrons et par l’innovation. C’est le capital privé qui s’engage le plus souvent et pour un Google ou autre investisseur amené par les aides régionales, il y a actuellement de nombreuses petites sociétés qui s’installent et grandissent, en dépit des réglementations imposées par les communes, la région et le fédéral.

Bien sûr, ils ne génèrent que quelques emplois à chaque fois, mais je suis laissé dire que l’implantation de Google créerait une trentaine d’emplois. C’est peu par rapport à l’aide reçue d’autant plus que dans le domaine informatique, l’activité se déplace encore plus rapidement.

Ce n’est qu’un aspect du problème, mais cela prouve que les vraies questions sont habilement éludées pour être transposées en éléments de querelles politiques qui permettent de cacher la vérité, celle qui est pourtant aussi visible que la crevasse qui se creuse entre la Flandre et la Wallonie.

Les tremblements de terre récents dans le Brabant wallon sont-ils un signe prémonitoire de son ouverture prochaine ? Nos druides les auraient sûrement interprétés comme tels et ils n’auraient probablement pas eu tort !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article