Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Michel, si tu nous vois... A ta santé !

11 Septembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

« Si on doit arriver à la fin de la Belgique, l'avenir passe par un État Wallonie-Bruxelles. Un État fédéral constitué de deux Régions". C'est ce qu'affirme ce jeudi dans Le Soir Michel Daerden, ministre régional et communautaire du Budget.

Papa doit avoir beaucoup bu pour faire une telle déclaration. Je pardonne à Leterme ses erreurs de jugement. Il a des circonstances atténuantes, il s’y connaît moins en politique qu’en sport, a-t-il reconnu lors d’une interview.

Mais Papa, que tout le monde aime, oublie-t-il qu’il y a une famille royale ? Où va-t-elle planter sa tente (façon de parler, bien sûr, Albert II n’est pas Khadafi) ?

En Flandre, je n’ai pas tellement l’impression que le parlement flamand serait très enthousiaste ? Les francophones prendront-ils en charge les menus frais de la dotation royale ?

Oublie-t-il que la Flandre a fixé sa capitale à Bruxelles ? Les Flamands vont-ils accepter qu’elle se situe dans l’état wallo-bruxellois ?

Il affirme aussi, et là il me fait plaisir que cet état serait viable financièrement. Cela contredit les affirmations de Rudy Aernhoudt, prédicateur du grand désastre qui touchera notre petite terre d’héroïsme en cas de séparation. Terre d’héroïsme, l’expression n’est pas volée. Il en a fallu du courage pour que les Wallons supportent toutes les vexations de la Flandre nationaliste, depuis l’éjection des étudiants de l’université de Leuven, jusqu’à la déclaration de notre cher Yves sur notre capacité intellectuelle à comprendre ce langage universel qu’est le flamand.

La réalité, c’est que la Wallonie est riche d’initiatives, d’innovations, mais que toutes ses tentatives sont bridées par un état flamand qui veut l’étrangler financièrement. Quid des licences d’exportation de la FN ? Quid des compensations obligatoires dès qu’un contrat de sous-traitance est proposé à des entreprises wallonnes en matières spatiales ou aéronautiques ?

Alors pourquoi ne pas enfin se tourner vers la France et se retrouver ainsi au cœur d’un état qui saura reconnaître toutes les richesses, toutes les valeurs complémentaires que notre Wallonie est à même de lui apporter ?

Mais proposer cela est indécent, n’est-ce pas. Le citoyen est déjà dégoûté des politiques qui l’ont mené à une situation inextricable. Alors, le simple fait de l’éveiller à la seule solution qui serait bénéfique pour lui, ne peut que faire du mal à la campagne électorale qui s’annonce et mettre en danger les acquits de nos parlementaires.

Ne parlons pas des portefeuilles ministériels, De plus en plus, ils sont attribués à des femmes ou des hommes qui ne se sont même pas présentés au suffrage universel.

En tous les cas, Michel, merci pour ce message car souvent l’on se plait à reconnaître derrière le personnage de comptoir, un redoutable analyste financier. Je te dis donc cordialement « à ta santé ! »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Raymond CHARLES 12/09/2008 14:26

Notre bon "Papa Daerden" prône la création d'un fumeux "Wallo-Brux"(c'est normal, car il est en permanence dans les brumes de l'alcool) afin de préserver son statut de rentier du système. Il sait très bien que si la Wallonie devient française, il y aura beaucoup moins d'élus étant donné qu'il y à beaucoup moins de postes ministériels à fournir, donc moins d'amis à pouvoir caser.