Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Il est des crachats qui sont autant de décorations

10 Septembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Mouvements d'humeur

Pour ce que j’en sais, un blogue est une sorte de carnet personnel où l’auteur consigne ses sentiments, ses réactions et ses réflexions qu ‘il fait partager à ceux qui désirent les connaître.

C’est un lieu de liberté pour lui et l’on peut penser que ceux qui  le visitent sont conscients de cela. Il ne s’agit nullement d’une tribune comme un site Internet classique peut l’être. Celui qui n’apprécie l’auteur n’a nulle obligation de le consulter.

Or il semblerait que certains trouvent un malin plaisir à venir visiter mon blogue pour y trouver les mêmes sensations qu’un masochiste doit trouver en rencontrant son maître. Mes écrits les font profondément souffrir et ils aiment cela.

Et plus ils lisent mes articles,  plus ils s’indignent de ce qu’ils y trouvent et proclament  haut et fort tout ce qui fait que je suis un être monstrueux, dénué d'intelligence et de conscience.

Pensez donc je suis antiflamand.  J’ose dire que je ne les aime pas comme une majorité de Wallons actuellement. Mais quelle horreur ! L’on doit aimer ces braves nationalistes qui vont nous aider à nous affranchir de l’état fédéral. Bizarrement, si ces braves gens nous taxent d’incapables, de paresseux, de gréviculteurs, d’assistés volontaires, c’est pour notre bien, c'est pour rendre sa fierté au peuple wallon.

Je suis belgicain. J’ose déclarer que même si la région bruxelloise doit être seule maîtresse de son sort dans la course au changement institutionnel, les francophones doivent être soutenus dans leur personnalité linguistique et culturelle au nom des droits de l’homme et que je ne crois pas au droit du sol.

Mais je suis aussi antisocialiste. J’ai  eu le malheur de stigmatiser plusieurs politiques de ce parti pour lequel, il est vrai, je n’ai plus d’estime. Mais exactement, et mes lecteurs le savent, comme pour tous les partis au pouvoir qui nous ont conduits au gouffre belge qui se creuse de plus en plus.

Je suis néophyte, car je m’exprime depuis peu et déjà j’émets des idées qui vont à l’encontre des dogmes qu’ils ont érigés. C'est insupportable.

Je suis un démagogue, je suis même le Jean-Marie Dedecker de Wallonie. Tiens un flamand qu’ils n’aiment pas, peut-être parce qu’il a trouvé inique que les Flamands soient surreprésentés de  manière légale au gouvernement bruxellois. Peut-être parce qu'il marque son désir d'indépendance pour sa région. Dans ce cas, qu'ils n'oublient pas de m'appeler également le Bart De Wever de Liège. Cela complètera le tableau.

Eux qui parlent sans arrêt de la France éternelle qui a traversé dans la grandeur de son nom toute l’histoire de l'humanité, me reprochent de la considérer comme une patrie charnelle. Brusquement, ils se révèlent  partisans d’une vraie nation culturelle et intellectuelle. 

Enfin, je suis un mauvais rattachiste puisque je ne suis pas volontaire pour accepter la solution boiteuse, qui nous serait accordée par les quatre partis francophones et  qui ferait de nous une Belgique à deux régions, se disputant encore plus âprement que par le passé, j’ai parlé du confédéralisme. Déjà le fédéralisme qu’ils revendiquent avoir aidé à se créer, nous empoisonne depuis 1962.  La seule solution admissible est la proclamation de l’indépendance des régions. C’est là le premier pas à faire pour la pacification du pays. Après la vraie liberté de choisir sera à notre disposition.

Pour clore le sujet, en bons démocrates, ils sont absolument, totalement, complètement, viscéralement contre ma liberté de pensée.

Comme je le disais, il est des crachats qui sont autant de décorations que j’accepte avec plaisir.

Ils prouvent simplement qu’ils ont la perception que j’exprime les sentiments qui animent beaucoup de Wallons et cela leur est insupportable! Quoi ! Cachez, monsieur, cette réalité que nous ne pouvons voir, devraient-il s'exclamer en choeur. Cela aurait le mérite de ressembler à du Molière.

Et parfois être le poil à gratter de ceux qui s’estiment être  une élite vertueuse alors qu’elle n’est que sectaire, est un véritable plaisir.
 Qui sont-ils ? Je ne sais. Ils sont loin de mes pensées !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rene G. Thirion 11/09/2008 10:01

Comment ne pas être d'accord avec l'appel à l'union lancé votre message ? Le problème est qu'il est impossible d'accepterles ukases, les insultes et les condamnations de gourou, se diraient-ils même républicains et rattachistes, s'ils se comportent à l'encontre de la philosophie du siècle des lumières. Il est un moment où, comme je l'ai dit, être le poil à gratter est nécessaire. Sans lui, nous tombons dans la dictature morale, créatrice, in fine, des goulags de triste réputation !

Oli 10/09/2008 22:24

Bonjour ou bonsoir, c'est selon.

Je me permet d'intervenir sur ce blog et sur d'autre car je suis triste et déçu de lire jours après jours ces attaques ad hominem et les contres-attaques qui y répondent.

Rattachiste convaincu, je ne suis membre d'aucuns partis ni d'aucunes factions. Je sens monter une tension qui finira à terme, je le crains, par l'émiettement du mouvement rattachiste.

C'est pourquoi, je me permet de reproduire ici l'intervention d'un participant au forum "Vox Latina"

J'insiste, ce texte n'est pas de moi et doit en aucun cas être pris comme une critique de l'un ou l'autre


" Le côté obscur de la chose


Toute action politique, pour peu qu’elle soit démocratique, à visée humaine est généreuse en soi.

L’idée du retour à la France anime des gens honnêtes, généreux parce que l’idée est généreuse : vouloir le bonheur des gens, leur rendre une fierté perdue, leur rendre une liberté bafouée, leur donner l’espoir d’une vie meilleure, un cadre plus grand…

Mais voilà, l’homme qui sait qu’il pense (homo sapiens sapiens) est ainsi fait qu’il en vient vite à ne penser qu’à lui seul.
Cette pensée si radicale de l’homo sapiens sapiens vient de ce qu’il pense souvent de lui-même : je suis meilleur que mon voisin et je peux utiliser mon voisin ou le détruire pour affirmer cela.

Cette pensée biaisée l’amène très vite à considérer sa seule personne comme la chose la plus importante pour grappiller enfin du pouvoir et détruire l’autre s’il en est besoin pour y arriver.
Cette destruction programmée est multiple : dénigrement, accusations mensongères, manœuvre d’influence…

Que résulte de tout ceci ?
Le détournement à son propre profit du mouvement de tous.
Ce détournement peut entrainer la destruction de sa démarche première et de celle des autres : le mouvement lui même.

Le côté obscur de la chose, c’est bien cela : l’autodestruction par la recherche du profit personnel au détriment de la cause commune.

C’est pour cela que j’appelle tous les membres de la mouvance rattachiste à une solidarité forte, à une grandeur dans la pensée et dans l’action car notre cause est juste, généreuse et fraternelle.

Courage, mes amis, prenons de la hauteur et restons y. "

http://www.voxlatina.com/forums/viewtopic.php?t=4165



Bon sang ! Montagnards, Girondins, Cordeliers et tous les autres n'ont ils pas fait la révolution ensemble ?