Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Ethnie, conception moderne ou pas ?

5 Septembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

J’entends parler souvent des ethnies qui composent la Belgique et j’ai même tendance à moi-même employer ce mot pour désigner les différentes composantes de cet état qui veut unifier des cultures et des comportements différents.

Prenons le temps de consulter une définition, celle du dictionnaire d’Antidote, célèbre maison d’édition informatique canadienne.  Ethnie, nom féminin : regroupement de personnes unifiées par une même langue et une même culture, et qui possèdent une structure familiale, économique et sociale homogène.

Cette définition a le mérite d’être claire, car elle permet de dire qu’il y a trois ethnies en Belgique, la Wallonne, la Néerlandophone et la Germanophone.

La notion de région introduite dans la constitution politique du pays ne respecte donc pas un partage du territoire selon l’appartenance ethnique, mais se base sur le droit du sol.  Ce qui nous donne une région wallonne avec deux ethnies, la francophone et la germanophone, une région bruxelloise avec deux ethnies, la francophone et la néerlandophone, et la région flamande avec une ethnie néerlandophone, mais aussi selon les endroits de son territoire, de fortes minorités francophones.

Deux questions viennent immédiatement à l’esprit.

Une nation moderne peut-elle englober plusieurs ethnies fortement différentes sinon opposées, favorisant ainsi le fameux « droit du sol » au détriment des « droits de l’homme » ?

Je sais que la question attristera beaucoup de Wallons qui rêvent d’un partage d’une Belgique éclatée au profit de deux régions, abandonnant ainsi une partie de leurs frères ethniques, parfois même majoritaires dans certaines parties d'une autre région ? Et l’ethnie germanophone n’a-t-elle pas droit à une vie indépendante, elle aussi ?

L’article 3 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen pour le Franchimont, faite par un Liégeois en 1789, ne devrait-il pas conduire nos pensées, « Toute souveraineté réside essentiellement dans le peuple : nul corps, nul individu, ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément. »

Cela ne doit-il pas nous orienter vers une lecture moins stricte d’une constitution qui nous a condamnés, sans consultation populaire, à être attachés à la terre comme le serf du moyen-âge, plutôt qu’à la communauté ethnique à laquelle il appartient ?

Bien sûr qu’une communauté ethnique doit posséder son territoire et veiller à ce que le lien de fraternité se maintienne entre ses membres. Mais les frontières linguistiques belges sont bien plus des frontières politiques qu’ethniques.

Cette réflexion nous amène au problème bruxellois, important à mes yeux au nom de la fraternité wallonne. Et c’est là que le bât blesse à mes yeux. Bruxelles appartient selon la définition donnée en début d’article à l’ethnie wallonne à 90%  et a droit à se réclamer d’elle et demander notre soutien.

Mais pour cela, elle doit marquer nettement son appartenance à l’ethnie wallonne et sa volonté de la retrouver ou alors, elle devra opter vers un destin solitaire qui devra la conduire vers un avenir européen indépendant, pour ne pas devenir territoire flamand.

Cet article est une opinion personnelle et n’engage aucune autre personne que moi et surtout aucun mouvement politique. Mais je trouve dommage que beaucoup trouvent que le droit du sol prime encore dans un monde moderne. Il n’a amené que des malheurs au cours du siècle dernier et recommence en ce début de siècle.

Ce que j’appelle de tous mes vœux, c’est le droit du cœur, celui de choisir un état fédérateur où je retrouverai ma culture et ma langue ou chacune des ethnies qui le peuplent se comprennent et s’apprécient. Pour nous, sans aucun doute, cela ne peut qu’être la France !

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Raymond CHARLES 08/09/2008 21:44

Pour les Flamands, les Droits de l'Homme passent après le droit du sol. L'emploi du qualificatif "ethnie" me fait automatiquement penser à "épuration ethnique. On voit ce que l'expression à donné dans les Balkans dans les années nonante. Moi,je sais de quoi je parle. J'ai été en Baranja comme casque bleu en 95/96 et j'ai eu l'occasion de constater de visu ce que donnait la haine basée sur l'appartenance ethnique.