Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Les chiens aboient, la caravane passe !

1 Septembre 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Mon dernier article, « Quo vadis, Domine » sème le trouble dans le landerneau liégeois.

J’ y manifesterais, paraît-il, un sentiment antiflamand et aussi une méconnaissance de l’ histoire du mouvement wallon. Ce serait grâce à lui que les flamands ont été convaincus de demander le fédéralisme. Mais oui, pourquoi pas ? Ce fédéralisme qui nous a volé, grugé de notre pouvoir de vivre simplement en liberté.

Celui qui a créé des frontières linguistiques artificielles où des Wallons comme les Fouronnais, des Bruxellois francophones de la périphérie ont été vendus comme du vulgaire bétail aux politiciens flamands, bien plus fins stratèges et bien plus patriotes que nos représentants politiques ?

Celui qui a fait que, par le biais de l’état démocratique, désormais  ce soit une majorité d’électeurs flamands qui puissent imposer des lois qui s’appliquent aussi en Wallonie ?

Celui qui nous donne des partis politiques tellement peureux d’être relégués au second rang de la vie sociale de Belgique qu’ils deviennent attentifs et obéissants aux ukases flamands pour gagner un maroquin ministériel ?

Oublions donc l’histoire passée qui se révèle un échec complet et pensons à l’avenir qui se montre de plus en plus menaçant.

Pour en revenir à mon sentiment antiflamand, comment ne pas l’éprouver ? En tant que travailleur belge pendant 45 ans, je n’ai pratiquement eu que des employeurs flamands. Même lorsque je travaillais pour des multinationales, la direction était flamande et quand le siège social se trouvait à Bruxelles ou à en Wallonie, le siège d'exploitation était en Flandre.

Dans les premières années de ma carrière, le climat était encore correct, mais bien vite, il a changé. Deux critères étaient établis dans la gestion commerciale, vendre le plus possible en Wallonie et ne rien y acheter.

Pour déménager des bureaux d’un étage à l’autre à Liège, j’ai vu choisir des déménageurs anversois, pas pour une question de prix, mais pour une question d’appartenance. J’ai également subi la vexation d’apprendre qu’une erreur faite en Wallonie était logique alors qu’en Flandre, elle était impardonnable.

Alors, je n’aime plus les Flamands. Oui, je l’avoue. Je ne puis supporter les envahisseurs guerriers ou pacifistes. Je dis aussi que la Belgique n’a que deux voies possibles pour assurer une pacification réelle et définitive, le retour à l’état d’avant 1962 mais cela me semble irréaliste ou le retour de la Wallonie à la France, ce qui semble plausible.

Suis-je un mauvais rattachiste pour la cause ? Va-t-on me désigner comme le mouton noir de la Wallonie et de la France auxquelles je tiens viscéralement ?

Personnellement, je suis totalement indifférent aux jugements négatifs que l’on pourra porter sur moi. Un célèbre publicitaire a dit « parlez de moi en bien, parlez de moi en mal, vous me faites connaître et comme mon produit est bon, vous m’aiderez à le vendre ».

Je ne veux pas être inféodé à aucune faction et je ne peux renier l’amour pour la Belgique et pour le Roi  que mon père a eu, lui qui a subi le feu allemand lors de la bataille de la Lys. Je suis comme tous ceux qui sont nés dans la partie francophone de ce pays et j’ai une carte d’identité de Belge. J’y ai connu des instituteurs, des professeurs admirables. C’était le passé, ce fut ma jeunesse.

 Aujourd’hui, j’ai opté pour ma patrie charnelle, celle dont je suis proche par la langue, par les poètes et les philosophes, celle où j’ai des frères et des amis, enfin celle qui nous libérera d’un joug insupportable, la France.

Je suis comme beaucoup de Wallons. Je partirai vers la France avec joie, mais parce que je sais qu’elle respectera mon identité régionale, ce que la Belgique ne fait plus un certain temps !

Et je pense être un bien meilleur Français que ceux qui se croient l’élite d’une nation parce qu’ils déclarent avoir une passion pour elle depuis l’aube des temps. Je doute que nos jeunes suivent un jour ce genre de romantisme pompier !

Mais je pense et j'espère que de nombreux belges wallons et francophones, semblables à moi, jeunes ou âgés, se joindront à mon vote aux prochaines élections et ce seront eux qui feront le succès et pas les quelques idéologues de salon, donneurs de leçon de francophilie !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jean-Claude Matrige 01/09/2008 15:41

Cher Monsieur Thirion
Je ne nourri pas une haine viscérale des Flamands, cependant ma conscience m’interdit de pactiser avec des extrémistes nationalistes pour accélérer la scission de la Belgique.
Si je devais me prêter à ce jeu, je ferais honte à mon pauvre père (ancien déporté dans les camps de la mort ).
Ce serait aussi nier la collaboration flamande durant la dernière guerre, la différence qui existait, je crois, pendant la guerre de 40-45... 5% de Wallons engagés avec l'Allemagne pour 25% de Flamands...
Rien n'a changé... depuis la libération des prisonniers flamands en 1942 et le maintien des prisonniers wallons jusqu'à 1945, aujourd’hui un électeur sur quatre vote pour le parti d’extrême droite le Vlaams Belang. Il faut ajouter à cela que mis à part les écolos de Groen les partis flamands se sont associés pour infliger plusieurs camouflets aux Wallons et Bruxellois en votant unanimement pour la scission de BHV et la non-nomination des trois bourgmestres démocratiquement élus.
Nous ne pouvons pas non plus oublier le décret Suykerbuik et la circulaire Peeters qui ne dorent pas non plus le blason de nos voisins du Nord.
Les outrances fascisantes flamandes son légions, elles devraient contribuer à mobiliser d’avantage le peuple wallon !
Si les Flamands ont le droit d’être ce qu’ils sont, nous Wallons nous avons le devoir moral de nous opposer et ainsi rester fiers et fidèles aux valeurs de la République.
N’en déplaise à celles et ceux qui seraient atteints d’une forme de fièvre révisionniste.
Jean-Claude Matrige

Raymond CHARLES 01/09/2008 14:19

Bien venue parmi les citoyens qui subissent les foudres des rattachistes inrégristes de notre beste vriend André. Votre crime est de refuser de kollaborer avec les extrémistes flamingants. Sachez que, sans plus jamais être cité nommément, je fais partie des racistes anti-flamands que dénoncent les fanatiques de Liège-France. Je les ai comparé naguère aux témoins de Jéhovah. Tout ceux qui ne partage pas leur manière de voir et de penser, sont de mauvais rattachistes, donc ce sont de belgicains camouflés. Je me sens donc bien plus proche de vous que de tous ces salonnards verbeux.