Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

La France ? Aussi pour notre expansion économique !

26 Juillet 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Economie liégeoise

Depuis 1945, la Fête Nationale Française est fêtée avec ferveur par un grand nombre de liégeois. La libération de la Wallonie du joug allemand aida à cette célébration devenue annuelle et populaire.

Un groupe d'amis suffit à la déclencher et cela dure toujours puisque près de 30.000 personnes assistent chaque année à un des plus beaux feux d'artifice de la Wallonie, tiré sur la Meuse, ce fleuve qui a apporté si longtemps de France la prospérité à cette ville industrielle.

Normal. Cette année-là, le Congrès national Wallon qui eût lieu à Liège, le 20 et 21 octobre, se prononça dans un premier temps, avec une majorité relative de 46% pour le rattachement de la Wallonie à la France, option qui fût abandonnée au profit du fédéralisme.

Il faut savoir que cet ancien chef-lieu du département de l'Ourthe de l'Empire a toujours été française dans l'âme, quels que soient les conflits avec le Duché de Bourgogne ou avec la France qui, tantôt venait à son secours, tantôt l'abandonnait, comme à Charles le Téméraire qui l'a rasé en 1468.

Mais cela rejoint l'histoire des luttes internes des provinces françaises en lutte contre le pouvoir central royal ou jacobin mais qui n'ont jamais empêché l'union du peuple français pour défendre le Royaume comme Jeanne d'Arc le fit contre les anglais ou comme les Sans-culotte contre les troupes étrangères, hostiles à la République..

Cette attachement profond et, peut-être osera-t-on dire viscéral, fait de Liège une ville française à part entière, par la langue, par la culture, par la manière de goûter aux plaisirs de la vie.

Cette sympathie naturelle et spontanée, ce regard de bienveillance vers l'hexagone sont trop souvent ignorés des français qui considèrent le peuple belge comme étranger au même titre qu'un allemand, un américain ou un nigérian.

Or cette proximité intellectuelle, culturelle et sentimentale est un merveilleux instrument de promotion en matière d'échanges économiques.

Mais combien de chefs d'entreprises liégeoises soulignent auprès de leurs clients français cette extraordinaire communion, cette fusion tout latine, qui existe ?

Quand les (bons) sentiments se mêlent aux affaires, tout devient plus facile. C'est un atout lorsque l'on sait que dans un achat, 80% de sa motivation est représentée, non par la valeur matérielle du produit mais bien par l'image qu'il donne à l'esprit de l'acheteur.

Pourquoi ne pas profiter de ces festivités pour inviter l'un ou l'autre client français à venir fêter le 14 juillet à Liège ? En tant qu'ancien responsable de la communication des Amitiés Françaises de Liège, l'association bénévole qui organise l'évènement, j'ai souvent été stupéfait de voir l'émotion qui s'emparait des français qui le partageait. Brusquement, ils se rendaient  compte de la fraternité exprimée. Ils étaient à Liège pour obligations professionnelles ou touristiques et ils  se sentaient appartenir à une même communauté fraternelle.

Cette année, 35.000 liégeois ont participé au superbe feu d'Artifice sur la Meuse et plusieurs milliers au spectacle gratuit de Gérard Lenoman. Symbole évident de rapprochement, La Meuse qui est le fleuve qui est l'artère bienfaisante et magnifique de la cité, prend sa source sur le plateau de Langres, non loin des sources de la Seine. La terre de France a été et est toujours nourricière de notre prospérité.

Alors, même s'il est déjà trop tard cette année pour lancer déjà des invitations et de leur communiquer une information à ce sujet. Un petit texte de présentation, quelques photos suffiront à leur faire prendre conscience de ce slogan utilisé en son temps par la Province de Liège " Passe par Liège, tu y seras reçu comme un prince ".









J'ajouterai pour mon compte " comme un frère et un ami " et je rappellerai aux membres de l'Hexagone que je suis toujours à leur disposition pour les guider dans leurs premiers pas et leurs premiers contacts avec Liège.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Raymond CHARLES 28/07/2008 16:37

Comme l'a si bien dit mon ami Jean-Claude et comme vous le dites aussi très bien, il est assez difficile de convaincre les belgicains (dont j'ai fait partie de trop nombreuses années) que nous ne voulons pas détruire la Belgique (elle est en train d'y arriver toute seule) , mais que nous avons une solution honorable et plausible pour l'après-Belgique. Il ne sert à rien de vouloir ressortir la guillotine et de chanter "Ah çà ira, çà ira, çà ira" comme le font certains, pour attirer la foule des indécis à nous rejoindre. J'ajouterai enfin qu'on n'a jamais attrapé les mouches avec du vinaigre. Faire peur aux citoyens ne sert à rien d'autre qu'à les faire fuir.

Rene G. Thirion 28/07/2008 09:04

Monsieur Matrige,

Il faut aussi tenir compte de la propagande constante de l'état belge faite notamment par RTL-TVI et la RTBF (qui manifeste plus d'indépendance d'idée quoi que l'on en dise). On en est à ressortir les histoires merveilleuses de notre royauté. Demain l'on nous parlera de Bauduin 1er qui nous manque tellement. Après-demain, ce seront les mânes du Roi Chevalier qui seront utilisées, en attendant l'entrée triomphale de Léopold 1er à Bruxelles.

Pour tous ceux qui aiment les histoires "people" comme aiment à le dire les français à la mode et dénaturés, notre histoire s'incrit dans la saga des monarchies qui font enccore rêver le petit peuple.

Alors, c'est vrai que pour certains, l'idée de rejoindre une république semble impossible à concevoir.

Mais les vrais royalistes, et mon père en fût un, pouvaient-ils imaginer que la Belgique deviendrait ce royaume d'opérette où la trahison d'une constitution par des politiciens de comédie s'est faite ?

Là est certainement la question des déçus de la Belgique, comme j'aime à les appeler. Ils espéraient une grande politique nationale et ils se retrouvent avec des partis en train d'arracher les lambeaux de ce qu'il reste de leur rêve.

Nous devons les plaindre mais aussi les aider à comprendre que nous sommes rentrés dans un nouveau siècle où les valeurs passées n'ont de valeur que par la nostalgie d'un temps passé !

Jean-Claude Matrige 28/07/2008 00:57

Vous avez raison Monsieur Thirion, quel beau souvenir que ce 14 juillet 2008 !
Les photos témoignent du courage des militants RWF, quoi que puissent dirent certains détracteurs d’un autre siècle.
Mais il faut rester lucide, la majeure partie de la population présente était venue faire la fête et contempler le feu d’artifice. Certes des rattachistes étaient présents mais ils ne sont pas légion.
Notre travail de conscientisation n’est pas terminé et nous devons perpétuer nos efforts sans pour cela heurter les indécis qui seraient enclins à nous rejoindre.
Le cheminement des idées est long et parsemé de doutes et d’incertitudes c’est pour cela que nous devons impérativement respecter celles et ceux qui n’ont pas encore fait le choix de la France.
Bon nombre de gens ont été élevés par des parents attachés à la Belgique, nous devons comprendre que d’adhérer à notre cause, c’est ranger dans un tiroir l’éducation reçue et que ce n’est certainement pas une démarche facile.
Les Wallons sont et restent maîtres de leur destin, nous n’avons pas le droit d’imposer nos vues à personne mais nous avons la possibilité d’éveiller les consciences avec des arguments plausibles.
Comme vous avez pu le constater, c’est dans un climat de tolérance et d’ouverture que nous accueillons les nouveaux adhérents et sympathisants aux réunions du RWF Liège.
Il semble bien que cette manière de convaincre rencontre un certain succès à en croire le nombre croissant d’adhésions dont bénéficie notre arrondissement.
Bien à vous.
Jean-Claude Matrige