Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Qui veut aller loin ménage sa monture

24 Juillet 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Ce n'est pas que je veuille traiter notre premier Ministre d'âne, quelqu’un qui connaît la Marseillaise n’est pas forcément bête, mais il faut avouer que notre "bon Roi" le ménage manifestement.

Après avoir lamentablement échoué dans les négociations gouvernementales de l'Orange bleue et avoir été repêché par Verhofstadt, premier ministre temporaire et intérimaire nommé par le Roi, il n'arrive pas à programmer la réforme des institutions pour le 15 juillet. Il présente sa démission au palais, soi-disant otage de son cartel et de Bart De Wever.

Lors de sa première prestation, il n'a cessé d'éviter que les "francophones " ne rencontrent les "néerlandophones ", persuadés que les Reynders, Milquet et Di Rupo, voyant arriver le terme fatal (tiens une bonne expression, mais apparemment peu significative !),  allaient finir par lâcher, lors de la première et dernière rencontre, les concessions tant attendues par le Parlement flamand depuis 1999.

Pari raté. Les mules « francophones » se révélaient aussi têtues qu’un âne. Donc vive le psychodrame. Démission présentée au palais. Le roi hésite, retient sa décision, consulte, et décide de faire faire un nouveau tour au carrousel gouvernemental en la refusant.

Le premier Ministre deviendra une moitié de premier Ministre gérant les affaires courantes et trois « sages » se chargeront de trouver les formules magiques qui permettront de garantir aux Flamands qu’ils obtiendront bien ce qu’ils veulent.

Des sages ? Mais qui décerne donc cette qualité tant enviée ? Suffit-il d’être âgé ? Monarchiste ? D’avoir exercé un mandat politique quelconque ?

Au moins , avec les formateurs et démineurs, l’on pouvait comprendre leur rôle. Pourquoi ne pas les avoir appelés simplement « illusionnistes ou  prestidigateurs » ? Cela aurait donné un meilleur sens à leur mission !

Mais il ne faut pas lâcher la pression sur les « francophones » donc, il y a à nouveau une date-butoir, le 31 juillet pour offrir ces garanties.

Idéal, le brave Bart De Wever peut patienter jusque-là et ne pas abandonner le CD&V, 15 jours de délai supplémentaire sont gagnés et la Belgique garde son image du pays du surréalisme.
En effet, à part un Belge, qui pourrait donner à l'avance des certitudes de résultats sur un arrangement qui n’a pas encore eu lieu et où un désaccord profond existe !

Qui veut aller loin ménage sa monture. En inventant cette solution à la crise, le Roi se prépare encore quelques moments de répit.

En effet, le parlement est maintenant en congé et si les Flamands attendent le 1er août avec impatience, les « francophones », eux, ont pris leurs vacances bien décidés à ne pas trop se préoccuper du royaume avant la rentrée parlementaire.

Enfin, le paradoxe de toute la crise est qu’elle se situe actuellement entre Flamands et « francophones » alors qu’il n’y a que deux ethnies en Belgique, les Flamands et les Wallons.

C'est pourquoi il faudrait que nos observateurs politiques désormais opposent Wallons et Flamands ou francophones et néerlandophones, ou français et néerlandais de Belgique.

Je ne connais pas encore une ethnie qui pourrait s’appeler walfla, dont la caractéristique principale serait d'être un métissage entre les deux premières.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Claude Matrige 25/07/2008 12:03

Je suis bien de votre avis Monsieur Thirion, il faut absolument éviter le piège d’une Belgique résiduelle.
Beaucoup seraient tentés de garder l’appellation Belgique ainsi que notre théâtre de marionnettes de Laeken.
Nous sommes bien conscients qu’il est peu probable que les Bruxellois soient tentés par un rattachement de leur région à la France, Bruxelles avec un statut européen me semble plus plausible.
Cependant, il faut bien regarder les réalités en face, ce sont les Flamands qui sont massivement séparatistes et BHV est notre seul outil pour radicaliser d’avantage les positions flamandes et par voie de conséquence réveiller les consciences wallonnes.
Le divorce belge ne se fera pas par consentement mutuel mais par cause déterminée.
Tant qu’il y aura des Wallons pour croire à des possibilités de compromis, rien ne changera.
Que nous le voulions ou non, ce sont les outrances flamandes qui vont accélérer la dissipation de l’anesthésie des Wallons qui jusqu’à présent ne sont toujours demandeur de rien.
Les gifles successives n’ont pas suffi à faire sortir complètement le peuple wallon du coma même si nous pouvons constater un frémissement de fierté.
Le chemin est encore long pour que les Wallons deviennent massivement rattachistes et nous ne devons négliger aucun moyen de les informer sur les avantages de toutes natures que la France nous réserve.
Bien à vous.
Jean-Claude Matrige

Rene G. Thirion 24/07/2008 16:30

Merci pour vos félicitations Monsieur Matrige.
Elles me vont droit au coeur.
Que dire sinon que il faut absolument résoudre le problème en évitant ce Wallobrux tellement apprécié par notre bi-résident Wallonie/Communauté Française.

Si nous devons réduire notre pays et conserver le Roi, la famille royale, les ministres de Wallonie et de Bruxelles, leurs cabinets, nous serons encore plus pauvres qu'avant.

Une Wallonie dynamique pourra entrer la tête haute dans la République Française et participer à une croissance commune.

Jean-Claude Matrige 24/07/2008 14:47

Comme vous dites Monsieur Thirion, nos politiciens avaient besoin de vacance pour laisser refroidir leurs gros cerveaux.
Que vont-ils encore nous trouver comme parade après le 31 juillet ?
La politique de l’autruche a ses limites, il faudra bien se retirer la tête du sable tôt ou tard.
Les positions flamandes se radicalisent de plus en plus ce qui sert indirectement notre cause.
Laissons se gangrener la plaie belge jusqu’à l’amputation, la Wallonie greffée à la France trouvera enfin son salut.
Félicitation pour votre forum !
Amitiés.
Jean-Claude Matrige