Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Il y a 29 ans, un grand patriote nous quittait.

23 Juillet 2008 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Le 23 juillet 1979 à Avernes dans le Val d’Oise, Joseph Kessel nous quittait, à l’âge de 81 ans.

Ce célèbre romancier, aventurier  et  journaliste, mais surtout infatigable combattant pour la liberté naquit à Clara en Argentine, le 10 février 1898.

Fils de Samuel Kessel, médecin juif d’origine lituanienne qui vint passer son doctorat à Montpellier, puis partit exercer en Amérique du Sud, Joseph Kessel vécut en Argentine ses toutes premières années, pour être emmené ensuite de l’autre côté de la planète, à Orenbourg, sur l’Oural, où ses parents résidèrent de 1905 à 1908, avant de revenir s’installer en France.

Il fit ses études secondaires au lycée Masséna, à Nice, ensuite au lycée Louis-le-Grand, à Paris.

Kessel appartint à la grande équipe qu’avait réunie Pierre Lazareff à Paris-Soir, et qui fit l’âge d’or des grands reporters.

Correspondant de guerre en 1939-40, il rejoignit après la défaite la Résistance (réseau Carte), avec son neveu Maurice Druon. C’est avec celui-ci qu’il franchit clandestinement les Pyrénées pour gagner Londres et s’engager dans les Forces Françaises libres du général de Gaulle.

En mai 1943, c’est également avec lui qu’il composa les paroles du « Chant des Partisans », voué à devenir le chant de ralliement de la Résistance, et ensuite l’hymne de tous les oppressés par des forces étrangères à leur nation.

À la Libération, il reprit son activité de grand reporter, voyagea en Palestine, en Afrique, en Birmanie, en Afghanistan.

Il faut citer encore ce bel hommage rendu à Joseph Kessel par François Mauriac, dans son Bloc-notes : « Il est de ces êtres à qui tout excès aura été permis, et d’abord dans la témérité du soldat et du résistant, et qui aura gagné l’univers sans avoir perdu son âme. »

Il n’était que justice que de commémorer ce triste anniversaire en évoquant le premier couplet du « Chant des Partisans » qui parle si bien à nos cœurs

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme.
Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.


In Memoriam

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article