Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

03/08/2010 - Les négociations de la honte. La capitulation ou le chaos ?

3 Août 2010 , Rédigé par René G. Thirion Publié dans #Wallonie-France

Les politiciens francophones* vont-ils oser vendre leurs électeurs ou auront-ils sinon un sursaut de fierté, la crainte d’être chassé du pouvoir par une majorité silencieuse devenue enragée ?

Telle est l’alternative qui se posera, dès la reprise des négociations pour former un gouvernement fédéral, après les vacances dont nos élus n’ont pu se passer,

 Les exigences de Bart De Wever qui commencent à apparaître au grand jour vont les placer devant la capitulation sans condition et l’acceptation d’une Belgique à deux vitesses, celle d’une région flamande riche opposée à celle d’une région bruxelloise asphyxiée et d’une région wallonne paupérisée.

 Le président de la N-Vase sent d’autant plus fort que les autres partis flamands ne peuvent que l’appuyer dans ces revendications de peut d’apparaître comme traître à la cause autonomiste.

Elio Di Rupo, tout à l’idée d’être le sauveur du pays et de la royauté, tout excité à l’idée d’être premier ministre est prêt à plier à toutes ces exigences contre quelques miettes que le maître flamand  acceptera généreusement de lui donner en contrepartie de sa collaboration. L’alibi à présenter à ses électeurs !

Mais le CDH et Écolo qui font partie de l’Olivier sont-ils prêts à tout accepter, sous peine de voir leur participation réduite dans cette coalition. Leurs électeurs sont en général moins fidèles et cette constatation peut les amener à être rétifs aux ukases de chef de file imposé !

Quelques perles de la négociation

Les Flamands réclameraient notamment le transfert de la tutelle des services de police, de pompiers et de la protection civile vers les Régions.

Elles demanderaient aussi que l'organisation des élections, la politique de migration et la délivrance des documents d'identité (passeport et cartes d'identité) soient confiées aux Régions. 

Au niveau économique, ils réclament la régionalisation de la mer du Nord et des canaux et voies maritimes.

Pour les transports, ils veulent réaliser la partition du fonds des amendes et celle de la SNCB, souhaitent que les Régions aient des représentants au CA de la SNCB et exigent de pouvoir se lancer dans des investissements régionaux différenciés sur le réseau ferroviaire. Cela pourrait conduire à un réseau ferroviaire à deux vitesses, souligne le quotidien La Libre Belgique, ce qui prête à rire lorsque l’on sait que cette situation est déjà présente!

 


La question cruciale réside dans le manque d'intelligence de nos politiques à l'esprit sclérosé par la résistance au changement, c'est à dire à la disparition de l'état belge. Je n'ai qu'une recommandation à leur faire, prendre à leur compte le slogan de la N-VA: Penser, oser et faire !


Penser à leurs concitoyens qui désirent vivre,
Oser dire que la seule solution est le rattachement à la France.
Faire le nécessaire pour entamer les premiers contacts !

*  L’auteur rappelle qu’il n’a aucun respect pour cette appellation, choisie pour ne pas dire les Français de Belgique ou les Bruxellois et les Wallons.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article