Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Triste modernité

11 Février 2019 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

Loin de la fureur et du bruit

Loin de la fourmilière urbaine

De cette atmosphère qui me nuit

Je fuirai cette vie malsaine

 

Jouir de la sérénité

D’une nature calme sereine

Et profiter de sa beauté

Pour s’en sentir l’âme pleine

 

Écouter le chant d’un oiseau

Et frissonner au vent léger

Caressant les frêles ormeaux

Au détour d’un bois déserté

 

Tremper ses mains dans une onde

Dont la fraîcheur avive le sang

Et voir danser les têtes blondes

Des épis du blé mûrissant

 

Le champ est proche de la clairière

Et le spectacle est fascinant

Mélange d’ombre et de lumière

Je me sens l’âme d’un paysan

 

Mais cette joie est éphémère

Car j’ai le corps emprisonné

Dans cette geôle délétère

Des sombres murs de la cité

 

Et je m’en retourne au bureau

Mener ma vie de fonctionnaire

Mon rêve fou était trop beau

Je dois penser à ma carrière

 

Mais pourquoi sommes-nous murés

Loin de toutes ces richesses

Qui devraient nous émerveiller

Et mettre nos cœurs en liesse

 

Georges Bleuhay - poème en attente de publication - Tous droits réservés

Photo gratuite de Free-Photos sur Pixabay

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article