Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Vieillesse

9 Mars 2018 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

Un soleil qui se meurt

Éclaire encore mon cœur

De la pâle clarté

Des souvenirs passés

 

D’abord le visage

De l’enfant peu sage

Qui croyait au bonheur

Et ignorait les pleurs

 

Puis le réveil ardent

D’une faim d’adolescent

L’œil s’ouvrant au monde

Trop souvent immonde

 

Je connus des amours

Qui ne durent qu’un jour

Trop vite consommés

Trop vite oubliés

 

Je cherchais l’absolu

Mais j’avais le cœur nu

Je l’ai rencontrée

Lors d’une soirée

 

Et c’est elle qui ouvrit

Mon âme au paradis

Il a duré longtemps

Longtemps au fil des ans

 

Mais tout à une fin

Et cause le chagrin

De l’âme esseulée

Perdant son aimée

 

Un soleil qui se meurt

N’éclaire plus mon cœur

Et mon esprit sombre

Je deviens une ombre

 

Georges Bleuhay - Le miroir brisé – Edilivre Paris 2016

Photo gratuite de StockSnap sur Pixabay

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article