Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Pâques

13 Mars 2018 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

Bien au-delà des cloches de Rome

J’entends s’élever un chant magique

Entonné par les druides et les hommes

Par mes ancêtres au destin tragique

 

Ils me parlent de la renaissance

De cette vie qui dormait sous le gel

Éclatant dans la magnificence

De ce printemps au retour éternel

 

Car elle dort d’un sommeil profond

De l’équinoxe attendant l’arrivée

Quand le soleil remonte à l’horizon

Abeilles et fleurs fêtent leur hyménée

 

Tout est bleu et vert et rose et frémit

À la tiède caresse d’un vent léger

Et l’oiseau dans l’arbre se réjouit

De pouvoir à la source s’abreuver

 

C’est aussi le moment du doux émoi

Qui s’empare de l’enfant innocent

S’étonnant de ce que son corps perçoit

À la vue du minois le plus charmant

 

Aimez-vous susurre la nature

Que le printemps met en pure folie

Oubliez la sombre dictature

Qui dans la rigueur vous planifie

 

Oubliez les miserere nobis

Que psalmodient en chœur tous ces prélats

D’une aigre voix vocifératrice

Retrouvez le Paradou de Zola

 

Oui du fond de ma Celtie natale

Renait cette divine révélation

Cette merveilleuse bacchanale

Où âmes et corps s’aiment à l’unisson

 

L’église nous a volé notre passé

Mais la voix des ancêtres est terrible

Et revient à l’oreille nous rappeler

Que la joie de vivre est indicible.

 

Georges Bleuhay - Le cœur à vau-l’eau – Edilivre Paris 2015

Photo gratuite de mieke59 sur Pixabay

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article