Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

La jeunesse perdue

10 Février 2018 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

Qu’ils me manquent les bois où j’ai grandi

Et les prés où coulait l’eau fraîche d’un ruisseau

En ces beaux jours d’été où le genêt fleurit

Quand l’ardeur du soleil charge d’or ses rameaux

 

Oh que j’aimais tremper mes pieds nus dans l’onde

À sentir le courant me fouetter le sang

Je faisais partie de ce petit monde

Si loin de l’école je me sentais vivant

 

J’étais un sauvageon qui poussait librement

Dans cette nature où je me sentais Dieu

J’écoutais les oiseaux égayé par leurs chants
C’étaient des musiciens venus pour moi des cieux

 

J’étais l’explorateur d’un paradis perdu

Où parfois paraissait la vision fugace

D’une biche aux abois franchissant le talus

Et je restais muet devant cette grâce

 

Mais l’on perd tout cela quand l’on prend de l’âge

Quand l’œil se fatigue et que l’on ne sort plus

Tous ces beaux souvenirs semblent être un mirage

En train de s’effacer le mauvais temps venu

 

Georges Bleuhay - poème en attente de publication - Tous droits réservés

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article