Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Quand un ami disparaît

13 Juillet 2017 , Rédigé par Georges Bleuhay

À Jacques Roulet

J’ai le coeur gonflé de peine
Et soudain tout s’est obscurci
Le froid pénètre mes veines
Car mon ami Jacques est parti

Cela faisait des années
Que j’avais peu de nouvelles
La vie nous avait séparés
Entraves professionnelles

Et il y a déjà quatre ans
Sur Internet je le vis
Sur une photo souriant
Malgré un très grave souci


Cet homme rond et jovial
Que j’avais tant apprécié
Se retrouvait à l’hôpital
Complètement paralysé

Il se battit courageusement
Pour trouver une autonomie
Et pouvoir faire les mouvements
Nécessaires à sa survie

Et comme il était artiste
Il put se remettre à peindre
D’une main gauche qui résiste
Jamais je ne le vis geindre

Bientôt il devait exposer
Son travail ses paysages
Si la mort ne l’avait frappé
Le privant d’un vernissage

La mort se montra cruelle
En le privant de ce plaisir
Faucheuse hélas éternelle
Qui se repaît de faire souffrir

Jacques tu es parti retrouver
Tout ce qui était tes rêves
Ces peintres que tu as aimés
Et dont tu fus l’humble élève

Georges Bleuhay - Le coeur à vau-l'eau - Edilivre Paris 2015

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article