Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

De profundis

11 Juillet 2017 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

L’esprit en pleine jeunesse
Mais le corps las et vermoulu
Il éprouve de la tristesse
À se sentir le coeur perdu

À revoir ce nouveau printemps
Il ressent en lui le désir
D’être à nouveau vif et ardent
De croire encore en l’avenir

Mais à quoi sert de rêvasser
À de possibles ballades
Ce temps pour lui est dépassé
Et cela le rend malade

Il ne peut faire que quelques pas
Sans éprouver de la douleur
Il a mal au dos et au bras
Et marcher trop loin lui fait peur

Quand vient la nuit il ne dort plus
La tête emplie de souvenirs
De tout ce qu’il aurait voulu
Mais qu’il n’a pas pu accomplir

Et il pleure sur son destin
Dans un dernier et long sanglot
Il sait que ce sera demain
Qu’il partira et c’est trop tôt

Il a tellement de choses
Qu’il ne peut pas abandonner
Le doux parfum d’une rose
Qui éclot au soleil d’été

Le charme d’une jeune fille
Croisée au hasard du chemin
Ou sous l’ombre d’une charmille
Rêvant à son amour prochain

Et le rire bruyant des enfants
Jouant dans la cour de l’école
Le plaisir d’un petit vin blanc
Celui de Loire dont il raffole

Et quand ses yeux se fermeront
Au brillant soleil de la vie
Très peu de gens se souviendront
De ses poétiques folies

Georges Bleuhay - Le coeur à vau-l'eau - Edilivre Paris 2015

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article