Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Sainte colère

21 Mai 2017 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

Je ne sais pas vieillir je n’y arrive pas
Si l’on m’a toujours dit qu’en prenant de l’âge
L’on devient plus serein ce n’est pourtant pas mon cas
Malgré le temps passé je ne suis pas sage

J’ai toujours dans le cœur mes saintes colères
Je ne puis supporter cette indifférence
Devant l’injustice devant la misère
Qui écrasent les gens dit sans importance

Ils sont beaucoup trop gras ces tristes arsouilles
Du haut de leur perchoir et comme des charognards
Ils guettent avidement nos pauvres dépouilles
Pour notre existence ils n’ont aucun égard

Quand j’étais plus jeune je rêvais d’un monde
Où chaque individu connaîtrait le bonheur
Avoir froid avoir faim est toujours immonde
Comme rien n’a changé les pauvres sont en pleurs

Les financiers sans cœur et les politiques
Disent que l’on doit payer ce qu’ils ont dépensé
En mauvaise gestion et c’est dramatique
Pour le petit peuple mais eux sont épargnés

Pire ils s’enrichissent en nous appauvrissant
Sûrs d’eux ils paradent et étalent leur splendeur
Dans tous les beaux endroits et sur tous les écrans
Et de ces miséreux ils n’ont même pas peur

Pourtant un jour viendra une révolution
Qui leur fera payer toutes les souffrances
Qu’ils nous ont fait subir et leur compromissions
Le peuple en liesse et folle espérance

Je ne sais pas vieillir je n’y arrive pas
J’ai toujours dans le cœur mes saintes colères
Le poète a le droit de critiquer l’état
C’est le bouffon du roi qui s’en fout de plaire

Georges Bleuhay - Le miroir brisé - Edilivre Paris 2017

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article