Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Le néant

20 Mai 2017 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

A travers le miroir  et l’azur de tes yeux
Je fus comme l’oiseau ivre de liberté
Dominant le monde presqu’égal à un dieu
D’y sentir ton amour m’avait transfiguré

En écoutant les mots que tu me murmurais
Et qui coulait en moi  tel le chant d’un ruisseau
Je devins poète la passion m’animait
Je vivais le bonheur et mes vers étaient beaux

Mais quand tu m’as quitté le soleil s’est éteint
J’ai soudain éprouvé la laideur de la nuit
Quand la mort apparaît et quand hurlent les chiens

 Si mon cœur est vide je suis encore vivant
Errant péniblement dans un monde sans bruit
Et depuis ton départ je connais le néant

Georges Bleuhay - poème en attente de publication - Tous droits réservés

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article