Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Le souvenir d’un paradis perdu

20 Février 2017 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

Cette nuit j’ai rêvé d’un jardin merveilleux
Où nous nous promenions tendrement enlacés
Où dominaient des fleurs au parfum délicieux
Mêlant à leurs senteurs douceur et volupté
 
La chanson des oiseaux dans un bosquet lointain
Telle une prière s’envolait vers les cieux
Ils appelaient ces petits séraphins
À célébrer l’amour premier présent des Dieux
 
Et tu devins Vénus à me yeux éblouis
Attardant mon regard sur ton décolleté
Me laissant voir tes seins au galbe si joli
Je devins comme fou devant tant de beauté
 
L’endroit était désert et le vent me disait
Laisse brûler en toi le feu de la passion
Pour être à ses genoux c’est le moment parfait
Tes lèvres sur sa peau en peine adoration
 
Et comme dans le passé quand régnait le dieu Pan
Je dénudai ton corps le couvrit de baisers
Et je m’en emparai dans un délire ardent
Ah ces cris de plaisir quand je t’ai possédé
 
Car tu me désirais dans ta féminité
Ton ventre désirait connaître le bonheur
Tu me voulais à toi tu voulais me dompter
J’ai rendu les armes en perdant ma vigueur
 
Ce n’était qu’un songe mort au petit matin
Avec les dieux anciens dont on ne parle plus
Je me promène seul dans mon petit jardin
J’y garde en souvenir le paradis perdu
 
Georges Bleuhay - poème en attente de publication - Tous droits réservés

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article