Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Georges Bleuhay? Qui est-il ? Courte biographie de l'auteur.

6 Février 2017 , Rédigé par Georges Bleuhay Publié dans #Poésie

C’est sous le pseudonyme de Georges Bleuhay, que René Georges Thirion a décidé de publier son premier recueil de poèmes rédigés au cours de sa vie.

 

Né à Auderghem le 10 avril 1939, son père étant mobilisé à Bruxelles pour cause du conflit qui s’annonçait, il passe ses premières années à Laeken. Lors de la libération, son père décide de rejoindre sa famille à Spa où il ouvre une pension de famille « Le Bel Abri ». Cela donnera au jeune garçon le goût de la nature en vagabondant dans tous les bois environnants.

 

Quand il ne joue pas à l’homme des bois, il se plonge dans la lecture de la bibliothèque de son grand-père, à tel point qu’à l’âge de neuf ans, il avait lu complètement l’Iliade et l’Odyssée (en français, bien sûr). Sa passion pour le français lui fait dévorer tous les ouvrages qui lui tombent sous la main. Anatole France, Octave Mirbeau, Émile Zola, mais aussi Ronsard, Rabelais, Alfred de Musset, Verlaine, le génial Rimbaud entre autres. Cela lui donnera le caractère indépendant à tel point qu’il quittera le nid familial à l’âge de quinze ans. C’est l’âge de son premier amour qui ne finira qu’avec la mort de cette merveilleuse amoureuse dont il parle avec nostalgie profonde dans son poème « Odette, mon ange disparu »

Par chance, sa famille ne le fait pas rechercher et il se mettra à vivre de petits boulots, vendeur de disques, monteur de baraques foraines, vendeur en porte-à-porte, laveur de wagons de chemin de fer.

 

Après un service militaire très agité, il entrera enfin dans la vie commerciale grâce à son don de la parole (merci à tous les auteurs qui l’ont si bien formé) et de son pouvoir de persuasion avec une première place de représentant dans une firme productrice de vermouth italien Cinzano. Ce sera le début d’une longue carrière des sociétés diverses comme Polaroid, Pall Mall Export, Oce, Pitney Bowes, ABC pour le Commerce et l’industrie, le Groupe S et la terminera comme Responsable marketing pour la partie francophone de la Belgique chez HDP, secrétariat social.


Pourtant sorti d’études moyennes médiocres (sauf en Français) sans diplôme, son caractère volontaire et débrouillard lui permettra une longue carrière. Il n’en faut pas croire pour autant que cela fut sans peine. Dans les années 80, une crise structurelle secoua le marché belge et la mode du marketing qui s’implantera dans les entreprises, le laissera en carafe près d’un an au chômage.

 

Il décidera alors de suivre en cours du soir les études de conseiller en marketing . Cela lui réussit parfaitement. Lors des examens de stratégie marketing et d’étude de marché, son professeur en stratégie marketing Jacques Vendy lui donnera 98% des points pour apport de connaissances supplémentaires au cours et il obtiendra son diplôme de "Conseil en Marketing" avec une Grande Distinction.

 

Il complétera sa formation par un diplôme de "Conseil en Commerce extérieur" qu’il recevra avec Distinction en 1990.

 

 

Georges Bleuhay, a toujours été très orienté vers les autres. Durant sa carrière professionnelle, il a été  administrateur de la Chambre de commerce de Liège et de l'Association des Industries de Herstal, secrétaire général de l'union Professionnelle de la Représentation Commerciale et de la Chambre française de commerce de Liège-Luxembourg. Il a exercé tous ces différents mandats à titre bénévole. 

 

Il a aussi enseigné le marketing et la gestion commerciales aux IFPME de Liège et Verviers, a écrit quelque 300 articles sur le marketing dans différentes revues économiques de la Région francophone belge. Il a également été Rédacteur en chef de la Revue "Le Représentant Belge et organisateur de conférences dont notamment celles du cycle "CRÉA...scoop".

Grand amateur de vin, il est Commandeur de la Commanderie des Costes du Rhône.

 

 

« À une époque de matérialisme outré,
de bêtise pontifiante et de diarrhée verbale,
lire un poème, c’est prendre
une sorte de bain de propreté, de pureté ».

Robert Sabatier
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article